BFMTV

Présidentielle en Egypte: Abdel Fattah al-Sissi élu avec 96% des voix

Des partisans du maréchal al-Sissi ont dansé et chanté au Caire, pour fêter la victoire assurée du candidat à la présidentielle égyptienne.

Des partisans du maréchal al-Sissi ont dansé et chanté au Caire, pour fêter la victoire assurée du candidat à la présidentielle égyptienne. - -

Son unique adversaire, Hamdeen Sabbahi, une vieille figure de la gauche et considéré souvent comme un simple faire-valoir, a reconnu sa défaite jeudi, n'empochant que 3,8% des suffrages validés. Un plébiscite sans surprise, vu le peu d'opposition.

C'est une victoire écrasante, et attendue. Le maréchal à la retraite Abdel Fattah al-Sissi, ancie chef de l'armée égyptienne, est assuré d'obtenir une victoire écrasante à la présidentielle avec près de 96% des suffrages.

Son unique adversaire, Hamdeen Sabbahi, une vieille figure de la gauche et considéré souvent comme un simple faire-valoir, a reconnu sa défaite jeudi, n'empochant que 3,8% des suffrages validés.

Le maréchal à la retraite Sissi dirige de facto le gouvernement intérimaire qu'il a mis en place il y a 11 mois juste après avoir destitué et fait emprisonner l'islamiste Mohamed Morsi, le premier président élu démocratiquement dans le plus peuplé des pays arabes. Et il jouit d'un véritable culte de la personnalité depuis que ce gouvernement réprime dans le sang chaque manifestation des partisans de Mohammed Morsi.

La participation, seule inconnue du scrutin

Ce véritable plébiscite, prédit par tous les experts depuis que le maréchal à la retraite Sissi a renversé Mohamed Morsi le 3 juillet 2013, a précipité en pleine nuit dans les rues du Caire des milliers de supporteurs de l'homme fort du pays, objet d'un véritable culte de la personnalité depuis qu'il a chassé du pouvoir des islamistes régulièrement élus mais vite devenus impopulaires.

Dans la nuit, des milliers de supporteurs déchaînés d'al-Sissi ont dansé et chanté dans la capitale, surtout sur la place Tahrir, épicentre de la révolte populaire qui chassa du pouvoir Hosni Moubarak début 2011 après 30 années de règne absolu de cet ex-général.

Le score de Abdel Fattah al-Sissi, seul homme à poigne capable de ramener la stabilité et de redresser l'économie en ruines selon ses partisans, "nous ramène à une configuration qu'on espérait ne plus revoir après les révolutions arabes de 2011", déplore toutefois Karim Bitar, directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques en France.

A. K. avec AFP