BFMTV

Egypte: "Morsi, dégage!"

Un grafiti anti-Morsi, sur un mur du palais présidentiel au Caire.

Un grafiti anti-Morsi, sur un mur du palais présidentiel au Caire. - -

Un an jour pour jour après l'investiture de Mohamed Morsi à la tête de l’Égypte, des manifestations monstres secouent de nouveau le pays. Qui sont ces manifestants et que réclament-ils?

En Egypte, la situation est plus explosive que jamais. Des manifestations d'une ampleur inégalée embrasent plusieurs villes du pays depuis dimanche, et ont déjà fait au moins seize morts. Face à eux, 25.000 partisans du président Morsi s'étaient rassemblés. Qui sont ces manifestants, opposés au régime de Mohamed Morsi? Que réclament-ils? BFMTV.com fait le point.

> Pourquoi maintenant?

Le 30 juin est la date anniversaire de l'investiture de Mohamed Morsi à la tête de l'Etat. Le leader des Frères musulmans a succédé à Hosni Moubarak, renversé en janvier 2011 par la révolution. Dès vendredi 28 juin, dans la soirée, des manifestants pro et anti Morsi ont commencé à se réunir dans le pays.

> Que réclament les manifestants?

Les manifestants demandent la démission de Mohamed Morsi. Les centaines de milliers de personnes qui ont manifesté dimanche soir au Caire, scandaient ainsi "dégage" ou "le peuple veut la chute du régime". L'opposition espère une "deuxième révolution" et donne à Mohamed Morsi jusqu'à mardi pour quitter le pouvoir. On lui reproche principalement deux choses:

La dérive religieuse et autoritaire. Les adversaires de Mohamed Morsi dénoncent un régime idéologiquement et politiquement dominé par les islamistes. "Je veux un président avec une forte personnalité qui représenterait bien les gens et la jeunesse (...), un président patriote envers son pays et non pas un parti. Il n'a jamais été le président d'un pays", reproche ainsi un manifestant.

L'impossible redressement du pays. Les anti-Morsi lui reprochent aussi son incapacité à relancer l'économie du pays. Un climat persistant de crise pèse lourdement sur une économie marquée par une inflation et un chômage en hausse, et une chute de sa monnaie.

> Qui sont les opposants?

Le mouvement Tamarrod (rébellion en arabe) assure avoir collecté plus de 22 millions de signatures pour une présidentielle anticipée, soit plus que le nombre d'électeurs de Mohamed Morsi en juin 2012 (13,23 millions). Un chiffre toutefois difficile à vérifier.

Le mouvement appelle désormais l'armée, la police et l'appareil judiciaire à "se positionner clairement du côté de la volonté populaire représentée par (ces) foules".

Le Front du salut national (FSN), la principale coalition de l'opposition égyptienne a appelé dimanche les manifestants à rester dans la rue jusqu'à ce que le chef de l'Etat démissionne.

Les manifestants viennent d'horizons divers. Ainsi, se sont rassemblés sur la place Tarhir, une nouvelle fois l'épicentre des manifestations, des révolutionnaires de la première heure, des nostalgiques de l'ancien régime, mais aussi des déçus de Mohamed Morsi, des gens du peuple frappés de plein fouet par la crise économique. "Je suis ici parce que Morsi, pour qui j'ai voté, m'a trahi et n'a pas tenu ses promesses. L'Egypte sera une nouvelle fois libérée à partir de la place Tahrir", déclare ainsi un manifestant, venu de la ville de Mansourah, dans le delta du Nil.

A LIRE AUSSI:

>> En direct: Morsi au pied du mur?

>> Egypte: "plusieurs millions" de manifestants demandent le départ de Morsi

Magali Rangin avec AFP