BFMTV

Egypte: la campagne pour le départ de Morsi revendique 22 millions de signatures

Des Egyptiens manifestent contre Morsi, vendredi, à Alexandrie.

Des Egyptiens manifestent contre Morsi, vendredi, à Alexandrie. - -

Une pétition réclament le départ de Mohamed Morsi du départ serait signée par plus de 22 millions Égyptiens selon les organisateurs de la campagne Tamarrod.

Les organisateurs de la campagne Tamarrod (rébellion en arabe) qui réclame la démission du président islamiste égyptien Mohamed Morsi, ont affirmé samedi que leur pétition avait recueilli plus de 22 millions de signatures.

"Nous avons recueilli 22.134.465 signatures pour notre pétition", a déclaré le porte-parole de Tamarrod, Mahmoud Badr, lors d'une conférence de presse à la veille d'une manifestation devant le palais présidentiel pour réclamer le départ du chef de l'Etat. Le dernier chiffre avancé par la campagne faisait état de 15 millions de signatures.

Seules des élections peuvent décider du départ ou non de Mohamed Morsi

Avec une population de plus de 80 millions d'Egyptiens, ce chiffre est supérieur à celui des électeurs ayant voté pour Mohamed Morsi (13,23 millions, soit 51,7% des suffrages exprimés) au second tour de la présidentielle en juin 2012.

Les partisans de Mohamed Morsi font toutefois valoir que cette pétition n'a pas de valeur constitutionnelle, et que seules des élections peuvent décider du maintien ou du départ d'un chef d'Etat.

M. Morsi a indiqué récemment qu'il comptait rester jusqu'à l'échéance de son mandat, en juin 2016.

Dimanche, une date anniversaire

Les manifestations de dimanche à l'appel de Tamarrod et d'autres formations de l'opposition correspondent à la date du premier anniversaire de l'investiture de Mohamed Morsi. Vendredi, des milliers d'Egyptiens ont déjà manifesté pour montrer leur soutien ou leur désaccord envers le président islamiste Mohamed Morsi. Trois hommes sont morts dans cette manifestation et 70 autres blessés.

L'opposition accuse Mohamed Morsi de gouverner au seul profit de sa formation d'origine, les Frères musulmans, et de vouloir reproduire un système autoritaire. Ses partisans mettent en revanche l'accent sur sa "légitimité", acquise par un vote démocratique.

M. P. avec AFP