BFMTV

Burkina Faso: deux Français ont été tués, annonce le Quai d'Orsay

INFO BFMTV - Alors que le président de la République avait évoqué la possible présence "d'une victime française" parmi les personnes tuées lors des attaques terroristes de Ouagadougou, le ministère des Affaires étrangères annonce que deux de nos ressortissants ont perdu la vie dans ces attentats.

François Hollande venait tout juste de faire part de son inquiétude, annonçant qu'une victime de l'attaque de Ouagadougou pourrait être "française". Le bilan est au final plus lourd que ça pour nos ressortissants: sur les 29 personnes tuées lors de l'attentat perpétré dans la capitale du Burkina Faso, "deux Français ont perdu la vie", a annoncé à BFMTV le Quai d'Orsay. Ces Français, un homme et une femme, ont été tués au café-restaurant Capuccino, un établissement prisé de la communauté expatriée.

Les deux hommes sont originaires de l'Oise et étaient collègues de travail. "Elles travaillaient toutes deux pour la société de transport Scales", spécialisée dans les transports exceptionnels et basée à Saint-Ouen-l'Aumône, a expliqué a-t-on appris auprès de la maire de Beauvais, préfecture de ce département, Caroline Cayeux.

Un autre salarié de l’entreprise Scales a perdu la vie dans l’attaque de Ouagadougou. Il s’agit d’Antonio Basto, un Portugais de 52 ans. Il avait de profondes attaches avec la France, étant marié à une Française. Selon nos informations, il ne possédait pas la nationalité française.

Une Française blessée 

Une Française a par ailleurs été blessée, a indiqué dans un communiqué le quai d'Orsay qui a fait état d'un bilan de "29 morts et d'environ 150 blessés". Les autorités burkinabé ont pour leur part évoqué un bilan provisoire d'au moins 26 morts.

Parmi les victimes il y a également deux Suisses et six Canadiens selon les premiers éléments d'un bilan toujours provisoire. 

La section antiterroriste du parquet de Paris a dans la foulée ouvert une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, une procédure classique du fait de la présence de ressortissants français parmi les victimes.

Des corps calcinés

Selon une source diplomatique française, certains corps étant calcinés, le bilan pourrait évoluer au fil des opérations d'identification. Après le début de l'assaut policier, les environs de l'hôtel visé se sont transformés en champs de bataille, avec de nombreux véhicules et la façade de l'hôtel en flammes.

L'attaque contre le restaurant Capuccino et l'hôtel Splendid a été revendiquée dans la nuit par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

S.A. avec AFP