BFMTV

L'Algérie interdit temporairement décollages et atterrissages d'avions privés

Avion présidentiel ramenant Abdelaziz Bouteflika en Algérie, le 10 mars 2019

Avion présidentiel ramenant Abdelaziz Bouteflika en Algérie, le 10 mars 2019 - Fabrice COFFRINI / AFP

Cette interdiction, dont les motifs n'ont pas été précisés, serait destinée à empêcher certaines personnalités, susceptibles de faire l'objet d'enquêtes, de fuir le territoire national.

L'Algérie, théâtre d'une crise politique née d'un mois de contestation inédite, a interdit dimanche le décollage et l'atterrissage des aéronefs privés appartenant à des ressortissants algériens pour un mois, selon un avis diffusé par des autorités aéronautiques algériennes.

"Tous les aéronefs privés, propriété d'Algériens, immatriculés en Algérie ou à l'étranger, sont interdits de décollage ou d'atterrissage sur le territoire national", est-il indiqué dans le Notam (acronyme anglais de "Notice aux aviateurs") DAAA-A0992, authentifié par un professionnel du secteur aérien.

Cette interdiction, dont les motifs n'ont pas été précisés, est valable jusqu'au 30 avril. Selon des médias algériens, cette décision est destinée à empêcher certaines personnalités, susceptibles de faire l'objet d'enquêtes, de fuir le territoire national.

Dans la nuit, l'ancien patron des patrons, Ali Haddad, prospère et influent homme d'affaires proche du président Bouteflika, a été arrêté alors qu'il allait passer la frontière avec la Tunisie.

Mélanie Rostagnat avec AFP