BFMTV

Un pasteur sud-africain asperge ses fidèles d'insecticide pour les guérir

Des fidèles dans une église de Pretoria (image d'illustration)

Des fidèles dans une église de Pretoria (image d'illustration) - Filipo Monteforte-AFP

Un pasteur sud-africain âgé d'une vingtaine d'années, qui s'est autoproclamé "prophète", vaporise le visage et les plaies de ses fidèles d'insecticide pour les soigner, assure-t-il. Une pratique hautement dangereuse qui inquiète.

Un pasteur sud-africain qui se présente comme un "prophète" soigne ses fidèles à coups d'insecticide. Dans la province du Limpopo, dans le nord du pays, Lethebo Rabalago, âgé d'une vingtaine d'années, asperge en plein visage ses fidèles malades du cancer ou du sida, ainsi que leurs plaies de Doom, un insecticide, rapporte le site Les Observateurs de France 24.

"Dangereux", "alarmant", "inquiétant"

Interrogé par une chaîne de télévision sud-africaine, le "prophète" auto-proclamé a expliqué que c'est "Dieu" qui lui aurait recommandé cette pratique. "La vérité est que le Doom peut guérir les gens dans le bon sens." L'affaire a été révélée dans la presse nationale et internationale. Des photos ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Tiger Brands, l'entreprise qui commercialise l'insecticide, a réagi et a diffusé des avertissements, dénonçant "une pratique alarmante et extrêmement inquiétante". "Il est dangereux de vaporiser du Doom ou n'importe quel type d'aérosol sur le visage de quelqu'un", assure le groupe, qui a indiqué essayer d'entrer en contact avec Lethebo Rabalago afin de lui demander de cesser ces pratiques.

"La crise a créé beaucoup de désespoir"

La Commission pour la promotion et la protection de la culture, de la religion et des communautés linguistiques a demandé l'ouverture d'une enquête.

"En Afrique du Sud, je peux me réveiller demain matin et ouvrir une église, pour peu que j'ai de l'argent pour le faire, a regretté la présidente de cette commission pour France 24. La Constitution le permet afin de préserver la liberté religieuse. Donc ce pasteur, comme d'autres pasteurs dans le pays, a ouvert son église et personne ne la contrôle. Il n'a même surement pas de formation religieuse."

En 2015, un scandale du même genre avait éclaté. Un pasteur faisait manger des serpents vivants à ses fidèles. "La crise qui secoue notre pays a créé beaucoup de désespoir, a ajouté la présidente de la commission. Ces pasteurs se tournent vers les populations les plus pauvres, peu éduquées et dépourvues pour leur proposer une alternative. Ils promettent des emplois, la guérison." Souvent en échange de rémunération.
Céline Hussonnois-Alaya