BFMTV

Mandela: sa sortie d'hôpital "indique qu'il a fait des progrès"

Nelson Mandela en août 2012, en compagnie d'Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat américaine.

Nelson Mandela en août 2012, en compagnie d'Hillary Clinton, alors secrétaire d'Etat américaine. - -

Le président sud-africain Jacob Zuma a salué le retour à domicile de Nelson Mandela dimanche après trois mois d'hôpital, estimant que cette décision démontre les "progrès" de l'illustre malade.

"Nous sommes très heureux qu'il ait pu quitter l'hôpital, ce qui indique des progrès". Le président sud-africain Jacob Zuma a salué le retour à domicile de Nelson Mandela dimanche après trois mois d'hôpital, estimant que cette décision démontre les "progrès" de l'illustre malade.

"Le fait qu'il ait pu quitter l'hôpital indique des progrès", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une rencontre avec des journalistes mardi matin, reprenant ensuite une formule cent fois répétée: "Il reste dans un état critique mais stable, et réagit au traitement".

En annonçant dimanche le retour chez lui du héros national sud-africain, dans un communiqué où les mots étaient pesés au trébuchet, la présidence sud-africaine n'avait pourtant mentionné aucune amélioration de son état de santé.

"Nous sommes bien conscients qu'il est âgé"

"Nous sommes bien conscients qu'il est âgé, et qu'il ne va pas bien, mais nous sommes très heureux qu'il soit rentré chez lui", a ajouté Jacob Zuma.

Le héros de la lutte contre l'apartheid, 95 ans, avait été hospitalisé à Pretoria le 8 juin pour une récidive de son infection pulmonaire, dans un état qualifié de "grave". Son état s'était ensuite nettement détérioré, devenant "critique" le 23 juin, faisant craindre le pire à plusieurs reprises.

Depuis, ses visiteurs avaient fait état de progrès, affirmant depuis juillet que le vieil homme est conscient et qu'il reconnaît ses proches, bien qu'il soit toujours sous assistance respiratoire.

Une guérison "difficile"

Une guérison s'annonce "difficile, il y a beaucoup de facteurs qui s'accumulent contre lui", a aussi estimé le Dr Elvis Irusen, chef du département de pneumologie de l'université de Stellenbosch, soulignant que l'usage de l'assistance respiratoire rend les patients plus facilement sujets aux infections.

De fait, quand bien même les médecins l'ont jugé apte à faire le trajet de la clinique à chez lui, soit une cinquantaine de kilomètres en ambulance depuis Pretoria, c'est un Mandela toujours dans le même état "critique" qui a été ramené dans sa maison de Houghton, quartier calme et verdoyant de Johannesburg.

M.R. avec AFP