BFMTV

Afrique du Sud: un braconnier présumé meurt piétiné par des éléphants dans un parc

Le braconnier présumé chassait vraisemblablement avec des complices des rhinocéros en Afrique du Sud (photo d'illustration)

Le braconnier présumé chassait vraisemblablement avec des complices des rhinocéros en Afrique du Sud (photo d'illustration) - PEDRO PARDO © 2019 AFP

Un braconnier présumé est mort ce week-end après avoir été piétiné par un troupeau d'éléphants dans le parc Kruger, en Afrique du Sud. Il tentait de fuir des rangers avec ses complices.

Un braconnier présumé est mort pendant le week-end, après avoir été piétiné par un troupeau d'éléphants alors qu'il tentait de fuir des rangers avec deux complices, dans le célèbre parc Kruger en Afrique du Sud, a-t-on appris lundi auprès du département des parcs (SanPark).

Le corps d'un homme "piétiné", a été découvert dimanche, a déclaré à l'AFP le porte-parole de SanPark, Isaac Phaahla. Ce samedi, les gardes du parc national ont repéré des hommes suspectés d'être des braconniers lors d'une patrouille et se sont lancés à leur poursuite.

"La personne tuée et ses complices fuyaient les rangers lorsqu'ils ont rencontré un troupeau d'éléphants en période de reproduction", ont expliqué les autorités des parcs dans un communiqué. Dans leur fuite, ils "ont laissé tomber une hache et un sac contenant des provisions", ajoute SanPark. Selon Isaac Phaahla, ces hommes chassaient vraisemblablement les rhinocéros dans le parc naturel protégé.

Les rhinocéros décimés par le braconnage

Les rangers ont réussi à arrêter un membre du trio. Le troisième suspect, toujours recherché, aurait été blessé à l'œil. Un fusil a également été retrouvé. La police a ouvert une enquête. L'Afrique du Sud, qui abrite près de 80% de la population de rhinocéros de la planète, a vu le nombre de spécimens tués diminuer pour la sixième année consécutive.

Mais les braconniers, répondant à la forte demande pour les cornes de rhinocéros en Asie, où elles sont utilisées pour leurs prétendues vertus en médecine traditionnelle ou comme aphrodisiaques, continuent leurs raids et attaques.

S.B.M avec AFP