BFMTV

Affaire DSK : l'audience repoussée au 23 août

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont annoncé mardi un report au 23 août de l'audience judiciaire prévue le 1er août à New York, ajoutant espérer un non-lieu d'ici là. /Photo prise le 6 juillet 2011/REUTERS/Shannon Stapleton

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont annoncé mardi un report au 23 août de l'audience judiciaire prévue le 1er août à New York, ajoutant espérer un non-lieu d'ici là. /Photo prise le 6 juillet 2011/REUTERS/Shannon Stapleton - -

Au lendemain du témoignage de Nafissatou Diallo, les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont annoncé ce mardi un report au 23 août de l'audience judiciaire prévue le 1er août, ajoutant espérer un non-lieu d'ici là.

La date de la prochaine audience consacrée à l'affaire DSK au tribunal de New York est de nouveau repoussée, au 23 août. On l'a appris ce mardi soir, au lendemain du témoignage de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse l'ancien chef du FMI de crimes sexuels.

« L'enquête se poursuit »

Ce sont les avocats de Dominique Strauss-Kahn qui ont annoncé le report de l'audience, initialement prévue le 1er août. Ils espèrent un non-lieu d'ici là. Il s'agit du deuxième report. Le bureau du procureur de Manhattan a immédiatement confirmé ce report en précisant dans un communiqué que « l'enquête dans le cadre de cette affaire pénale en cours se poursuit ».

« Un non-lieu est toujours possible »

L'audience qui a été reportée devait porter sur des questions importantes, et notamment permettre de fixer une date de début de procès, à moins qu'elle ne serve à annoncer l'abandon des sept chefs d'inculpation qui pèsent contre DSK, comme l'espèrent les avocats du Français.

Un report d'audience qui, selon Maître Denis Chemla, avocat aux barreaux de Paris et New-York, « n'avantage véritablement aucune des parties. Un non-lieu est toujours possible, note-t-il cependant, avant d'ajouter : Je crois que c’est le procureur qui veut continuer son travail d’investigation et essayer d’arriver à la décision la moins critiquée et critiquable possible. Et après l’entretien qu’il a eu avec l’avocat de mademoiselle Banon, il est possible qu’il veuille entendre celle-ci ; il veut poursuivre son travail d’enquête, pour pouvoir clore son dossier ou prendre les décisions d’aller au procès ».

« La pression due à l’offensive de Mme Diallo et ses avocats »

Et pour Maître Alexis Werl, également avocat aux barreaux de Paris et de New-York, il est évident que la sortie médiatique de Nafissatou Diallo a joué : « Il est probable que le procureur fait actuellement l’objet de pressions médiatiques très importantes du fait de l’offensive lancée dans les médias par madame Diallo et ses avocats ».

La Rédaction, avec Victor Joanin et Reuters