BFMTV

Un loup abattu début juillet dans les Hautes-Alpes

Image d'illustration d'un loup

Image d'illustration d'un loup - Brightcove

Selon la préfecture, des loups avaient été aperçus à plusieurs reprises autour de troupeaux, et ce tir "a été opéré dans le plus strict respect des lois et réglementations".

Un loup a été abattu début juillet dans les Hautes-Alpes par des lieutenants de louveterie dans le cadre du plan national d'actions sur l'animal et les activités d'élevage, a annoncé jeudi la préfecture du département.

Un "tir de défense renforcé"

Ce "tir de défense renforcé", qui a conduit au "prélèvement d'un spécimen" le 5 juillet au col du Lautaret, sur la commune de Monêtier-les-Bains, avait été réclamé deux jours plus tôt par des éleveurs.

Ils "avaient aperçu à plusieurs reprises des loups à proximité de leur troupeau, dont plusieurs en action de chasse repoussés par les patous", selon la même source.

La dépouille de l'animal a été restituée aux agents de l'Office français de la biodiversité, comme le veut la règlementation.

"Ce tir est légal, mais est-il normal?"

Le tir, qui a été filmé et diffusé, a suscité la colère de défenseurs des animaux. L'Association de protection des animaux sauvages (ASPAS) dénonce un loup "présumé coupable", tué alors qu'il s'éloignait du troupeau, et avant qu'il n'ait attaqué. "Ce tir est légal, mais est-il normal?" écrit l'association.

"Si la préfète des Hautes-Alpes comprend l’émotion suscitée par la mort d’un animal sauvage, elle rappelle que le tir a été opéré dans le plus strict respect des lois et réglementations destinées à préserver le meilleur équilibre possible entre la protection du loup et la sauvegarde du pastoralisme", explique le communiqué de la préfecture.

Les lieutenants de louveterie ont porté plainte après avoir fait l'objet "d'insultes diverses et de menaces de mort", indique la préfecture dans son communiqué.

Salomé Vincendon avec AFP