BFMTV

Replanter des arbres: un nouveau modèle économique

"L'arbre, c'est l'investissement le plus rentable que l'on puisse faire sur terre, 48 % au minimum" Tristan Lecomte, co-fondateur de Pur Projet

"L'arbre, c'est l'investissement le plus rentable que l'on puisse faire sur terre, 48 % au minimum" Tristan Lecomte, co-fondateur de Pur Projet - -

Il fut un temps où les arbres et les cultures faisaient très bon ménage. La pratique avait été délaissée après guerre avec l'apparition de l'agriculture intensive. Mais depuis quelques années, l'agroforesterie renaît dans le monde mais aussi en France. Pur Projet et Vittel ont décidé de s'associer pour replanter des arbres dans le bassin vosgien. Et les enjeux ne sont pas qu'environnementaux.

D'un côté, Pur Projet créé par Tristan Lecomte le fondateur d'Alter Eco qui accompagne les entreprises dans l'intégration de la problématique du climat à travers notamment des programmes d'agroforesterie ou de reforestation. De l'autre, Nestlé Waters France et sa marque Vittel très engagée dans la préservation de la ressource en eau, à travers le programme Agrivair.

Les deux sont partenaires depuis 4 ans. Le bilan est très positif: 1 million d’arbres plantés en Amazonie et 30.000 hectares de forêt primaire préservée. C'est désormais en plein coeur du bassin vosgien qu'ils s'investissent dans un projet d'agroforesterie: associer arbre et agriculture en milieu tempéré. Le territoire n'a pas été choisi au hasard, il est labellisé "Biodiversity Progress" certifié par Bureau Veritas Certification. Et c'est une grande première mondiale.

Premier pilote de 7.000 arbres

Ce projet est aussi une suite logique pour Vittel qui, à la fin des années 80, a lancé en partenariat avec l’Inra un programme de recherche pluridisciplinaire visant à protéger le périmètre de ses sources, sans entraver le développement économique local. En 1992, c'est la création d'une filiale Agrivair. Les acteurs locaux, agriculteurs et collectivités locales se sont engagés à ne recourir à aucun pesticide et à revenir à des techniques anciennes. Une démarche primordiale pour avoir la meilleure qualité d'eau possible. Avec ce nouveau projet, c'est un premier pilote de 7.000 arbres qui a été mis en place pour tester les atouts de ce mode d'exploitation des terres agricoles.

Quand on arrive dans les Vosges, cela peut surprendre car l'arbre est très présent. Christophe Klotz le directeur d'Agrivair rappelle que la forêt représente un quart du département. "On compte 80 kilomètres de haies mais les arbres ne sont pas dans les parcelles". 5.000 arbres ont donc été plantés en avril, les 2.000 autres le seront d’ici la fin de l’année.

Des arbres qui dépolluent

"L'arbre, c'est l'investissement le plus rentable que l'on puisse faire sur terre, 48 % au minimum" rappelle Tristan Lecomte le co-fondateur de Pur Projet. Et agir en France prend un autre sens. Certains Français le réclament d'ailleurs en estimant qu'il est nécessaire d'agir chez nous aussi.Ces arbres ont de grandes vertus.C'est ainsi que l'impact du réchauffement climatique sur les cultures est limité par l'ombrage des arbres, qui retarde l'évaporation. La présence d'arbres profite également aux oiseaux. Ils reviennent combattre les rongeurs ou insectes nuisibles à la nature. Plus besoin dans ces conditions de produits chimiques.

Enfin, selon l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), "les racines des arbres non seulement participent à la conservation des sols en freinant l'érosion, mais jouent aussi le rôle de filtre naturel en réduisant la pénétration des polluants dans les sous-sols et nappes phréatiques." L'eau et l'arbre sont donc très dépendants. 50 à 100 arbres maximum par hectare suffisent . Et pourtant les bienfaits de l'arbre en matière de dépollution ne sont pas assez mis en avant, selon Tristan Lecomte. Les agriculteurs eux-mêmes doivent encore en être convaincus. Les habitudes ont été modifiées depuis longtemps. Comme l'explique Christophe Klotz, "il faut leur réapprendre mais nous ne sommes pas là non plus pour les embêter."

Changement de modèle

Les experts sont formels, le changement climatique devrait s'accélérer. Il est important de protéger les cultures et de replanter des arbres. Pur Projet et Nestlé Waters ne comptent donc pas en rester là. Déjà à l'étude, la plantation d'arbres sur les sources Perrier ou encore sur des sources de captation d'eau aux Etats-Unis.

Pour Nestlé Waters, cette démarche est créatrice de valeur. Le groupe s'engage aussi à travers Nescafé ou encore Nespresso. L'objectif de Pur Projet est de participer au changement de modèle agricole et plus globalement à un changement de système. Pour replacer la nature aux coeurs des enjeux économiques. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le marché de la création de service autour des enjeux climatiques représente 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, il devrait atteindre dans les prochaines années les 500 milliards d'euros à l'échelle mondiale. Et à la clé, 500 millions d'emplois supplémentaires.

Nathalie Croisé de BFM Business