BFMTV

Paris: retard au démarrage pour les nouveaux Vélib'

Les nouveaux Vélib ont commencé à être mis en service le 1er janvier.

Les nouveaux Vélib ont commencé à être mis en service le 1er janvier. - LOIC VENANCE / AFP

Toutes les stations ne seront pas prêtes dans la capitale pour accueillir les usagers du nouveau Vélib le 1er janvier 2018. Des mesures compensatoires ont été annoncées pour les abonnés.

Smovengo se veut rassurant. L'objectif de déploiement du nouveau service Vélib' Métropole au printemps 2018 en région parisienne "sera atteint" malgré un retard au démarrage en janvier, a indiqué ce mardi l'opérateur, tandis que la Mairie de Paris annonçait des compensations pour les abonnés.

En octobre, l'opérateur avait indiqué que le nouveau service serait déployé progressivement sur 1.400 stations entre le 1er janvier et la fin mars 2018. Malgré "le contexte très particulier dans lequel le projet a été lancé", il assure aujourd'hui vouloir "rattraper le retard et atteindre l'objectif fin mars, début avril", a indiqué une porte-parole. Il a en revanche admis que seulement "une centaine de stations seront opérationnelles début 2018", contre 300 prévues initialement.

"De toute façon, c'est en janvier et février que le taux d’utilisation des Vélib est le plus bas", a indiqué Catherine Baratti-Elbaz, la présidente d’Autolib Vélib Métropole, au Parisien.

"L'objectif de déploiement du service au printemps 2018 sera atteint. (...) grâce à une forte accélération du rythme de déploiement, plus de 80 nouvelles stations seront mises en service chaque semaine", a précisé Smovengo dans un communiqué.

"Nous avons lancé beaucoup de chantiers dans Paris et en banlieue mais nous avons aussi rencontré de nombreux aléas. C’est parce que nous passons d’un système inerte à un système 100% électrique. Extérieurement, ça ne se voit pas mais en sous-sol, c’est beaucoup plus compliqué", a expliqué de son côté Yann Marteil, président de Smovengo, dans les colonnes du Parisien .

Mesures compensatoires

Pour y arriver, Smovengo, nouvel opérateur du service, et ses différents prestataires (Colas, Bouygues Energies Services et Enedis) mobilisent des effectifs supplémentaires pour atteindre "plus de 300 personnes en cette fin d'année". "Pour compenser cette période transitoire difficile pour les usagers, Catherine Baratti-Elbaz, Présidente du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, ont décidé de mettre en place des mesures compensatoires", ont-ils indiqué mardi dans un communiqué distinct.

Ainsi, les abonnés Vélib' actuels "bénéficieront d'un crédit de 3H offertes, pour tester sans surcoût les nouveaux Vélib' électriques ou prolonger leur usage des vélos mécaniques". Les nouveaux abonnés bénéficieront quant à eux de 50% de réduction sur leurs abonnements mensuels en janvier, février et mars, correspondant à un geste commercial de 12,45 euros pour un abonnement V-Max (Vélib' électrique et mécanique) et de 4,65 euros pour un abonnement V-Plus (Vélib' mécanique).

Un quart d'heure supplémentaire gratuit

"Les élus du Syndicat Autolib' Vélib' Métropole doivent acter début janvier cette décision", indique cependant le texte. Pour compenser la réduction du nombre de stations Vélib' en décembre, la Ville de Paris avait par ailleurs déjà mis en place un quart d'heure supplémentaire gratuit pour les abonnés. Celui-ci reste en vigueur jusqu'au 31 décembre 2017.

Avec une période de huit mois entre l'attribution du marché à Smovengo et le lancement du service sur un périmètre élargi à 60 communes en 2018, "le planning initial de déploiement du service Vélib' Métropole est un défi industriel et logistique majeur", qui est "en passe d'être relevé", selon Smovengo. Le recours du titulaire sortant, JCDecaux, auprès du tribunal administratif de Paris "a décalé de plus de six semaines la contractualisation du marché Vélib' Métropole, sans modification de la date de lancement du service", rappelle Smovengo.

P.L avec AFP