BFMTV

Orages: 2018, l'année de tous les records

Très chaude, 2018 a également été très orageuse. Avec près de 700.000 impacts de foudre sur huit mois seulement, cette année est en passe de battre le précédent record établi en 1995.

2018 est décidément l'année de tous les records en matière de climat. Déjà marquée par l'été le plus chaud de l'histoire depuis le tristement célèbre été 2003, l'année a aussi battu à plates coutures les records établis précédemment en matière d'impacts de foudre. Et ce, alors que nous ne sommes qu'en septembre. 

A en croire les relevés effectués depuis l'année 2000 par Météorage, le réseau de détection de la foudre de Météo France, avec ses quelque 681.535 impacts de foudre, 2018 a déjà doublé le nombre d'orages de 2017, qui était, il faut dire, une année au ciel relativement calme.

Surtout, 2018 a dépassé 2006, qui occupait jusqu'ici la première place des années les plus orageuses avec 678.120 orages et ce, sur une année entière. Le mois de mai a été particulièrement exceptionnel, avec trois fois plus d'impacts au sol que la moyenne des années 2000-2017. La journée du 9 août a elle aussi été hors norme avec 41.640 éclairs en seulement 24 heures.

Une année "extrêmement foudroyée"

Hors relevés Météorage et en se basant sur des données plus anciennes, le précédent record français date de 1995 avec 700.000 impacts de foudre, soit 2000 de moins que 2018. Un retard qui devrait toutefois être rattrapé d'ici décembre. "2018 est d'ores et déjà une année record, une année extrêmement foudroyée", confirme Stéphane Schmitt, expert de la foudre auprès de Météorage, interrogé par BFMTV.

Des orages qui, note-t-il, en plus d'être fréquents, ont aussi été violents et intenses. "Je pense à la Loire-Atlantique, il n'y a pas eu une succession d'orages mais sept jours d'orage en continu qui ont généré une multitude d'impacts de foudre."

Plus que par une tendance sur le long terme, ce phénomène peut s'expliquer selon Stéphane Schmitt par "la succession de régimes météorologiques favorables, qui a commencé ce printemps avec un régime de blocages, avec cet été des épisodes caniculaires. A partir du moment où la chaleur rencontre de l'humidité ou un air froid, ça génère de l'instabilité."

Claire Rodineau