BFMTV

La photo d'un ours polaire squelettique choque le Web

Ours polaire amaigri dans l'archipel de Svalbard, en Norvège

Ours polaire amaigri dans l'archipel de Svalbard, en Norvège - Kerstin Langenberger / Facebook

Partagée plus de 35.000 fois sur Facebook, le cliché d'un ours d'une extrême maigreur, réalisé en Norvège, a choqué les internautes. La photographe n'est pas la première à rapporter des cas de famine chez les ours polaires, mais pour un scientifique, il faut être prudent.

"Avec le recul des glaces vers le Nord chaque année, beaucoup d'ours sont bloqués sur des terrains où il n'y a pas beaucoup de nourriture", explique Kerstin Langenberger dans sa publication accompagnant cette photo postée sur Facebook le 20 août dernier. Avec ce cliché, partagé 35.000 fois et réalisé dans l'archipel norvégien du Svalbard, la photographe allemande espérait interpeller. Elle explique:

"Oui, j'ai vu des ours en bonne santé, mais j'ai aussi vu des ours polaires affamés. Ils marchent le long des côtes, à la recherche de nourriture (...) et j'ai réalisé que les gros ours sont presque exclusivement des mâles . Les femelles, elles, sont souvent plus minces. Elles restent sur la banquise toute l'année. Et avec le recul de la banquise, un peu plus chaque année, elles restent bloquées là où il n'y a pas beaucoup de nourriture." 

Un constat partagé par photographes et scientifiques

Cette photographe n'est pas la première à témoigner de la mort d'ours polaire. Paul Nicklen, un photographe de National Geographic, a posté sur son compte Instagram, le cliché ci-dessous, pris à l'été 2014. Il y expliquait avoir lui aussi trouvé deux ours morts, "très maigres", dans l'archipel norvégien du Svalbard. "Ils semblaient être morts de faim, comme si en l'absence de glace ils n'avaient pas pu chasser", poursuit le photographe. 

Famine ou maladie?

Les morts prématurées d'ours polaires sont fréquentes ces dernières années, notamment en raison de la fonte des glaces, comme le rappelle Ian Stirling, professeur à l'Université d'Alberta (Canada) spécialisé dans l'étude de ces mammifères, interrogé par Mashable. "D'après moi, cet ours est vraisemblablement mort de faim" a-t-il affirmé à propos de la photo de Paul Nicklen. Toutefois, l'ours du cliché viral de la photographe allemande, "ne paraît pas être victime d'un manque de proie" affirme Ian Stirling. "Il doit être vieux, malade ou blessé" ajoute-t-il.

L'ours polaire, victime de la fonte des glaces

Selon WWF, un ours polaire pèse, en moyenne, entre 350 et 680 kilos et ils seraient 20 à 25.000 dans le monde. Dans certaines régions, sa population est en déclin. L'ONG explique qu'en raison de la fonte de la banquise les ours polaires doivent passer plus de temps sur la terre ferme, qui comporte pourtant moins de proies.

"La raréfaction de leur principale source de nourriture, le phoque annelé, dont la reproduction se trouve elle-même affectée par la fonte de ces glaces de mer, est un facteur aggravant" détaille l'ONG. Selon des prévisions, en 2020, "un grand nombre de femmes n'auront plus de jeunes, si la perte de poids corporel venait à perdurer". 

Mélanie Longuet