BFMTV

L'eau reste très polluée par l'agriculture pour 1,5 millions de Français

Pour l'UFC-Que Choisir, 1,5 million de foyers français, principalement en zone rurale, reçoivent une eau trop polluée (photo d'illustration).

Pour l'UFC-Que Choisir, 1,5 million de foyers français, principalement en zone rurale, reçoivent une eau trop polluée (photo d'illustration). - -

Les foyers concernés se situent essentiellement en zone rurale, la pollution de l'eau étant essentiellement d'origine agricole.

Un million et demi de Français reçoivent dans leur foyer une eau trop polluée. C'est ce que pointe l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui diffuse ce mercredi sur son site une réactualisation de sa carte de la qualité de l'eau. Celle-ci s'appuie sur les résultats d'analyses publiés par le ministère de la Sante, commune par commune, sur une période de deux ans.

Depuis un an, 280.000 foyers supplémentaires ont bénéficié d'une eau conforme à la réglementation sur les six critères étudiés: qualité bactériologique, teneur en aluminium, pesticides, nitrates, sélénium et radioactivité. L'association précise donc que désormais, "près de 98%" des Français ont "accès tout le long de l'année à une eau de bonne qualité".

La pollution agricole, principale responsable

Mais pas la totalité. Encore "1,48 million de consommateurs continuent à payer pour une eau non conforme", regrette l'UFC-Que Choisir. C'est notamment le cas à Douai. En octobre dernier, avec leur facture d'eau, les habitants de cette ville du Nord ont reçu une note de la préfecture, signalant la restriction de la consommation pour les bébés et les femmes enceintes.

En cause: une eau surchargée en ions perchlorates, qui pourraient avoir des effets sur la glande thyroïde. Une situation qui exaspère les Douaisiens: l'une d'elles pointe notamment le fait que "tout le monde ne peut pas se permettre d'acheter de l'eau en bouteille".

Première responsable? "La pollution agricole", note Olivier Andrault, chargé de mission alimentation à l'UFC-Que Choisir, interrogé par BFMTV. Dans 63% des cas de non-conformité, l'eau arrive en effet trop chargée en pesticides, en nitrates issus des apports d'engrais sur les cultures et en sélénium, un composant du sous-sol naturel mais toxique. Celui-ci apparaît dans les cas de "surexploitation des nappes phréatiques".

Qualité de l'eau supérieure en ville

Ainsi, les pollutions agricoles concernent potentiellement 900.000 foyers, principalement "dans les zones d'agriculture intensive du quart nord-est de la France". Globalement, la qualité de l'eau est en conséquence bien meilleure dans les zones urbaines, les pollutions étant "majoritairement retrouvées dans des petites communes rurales", note l'UFC-Que choisir.

Un tiers des pollutions proviennent de "défauts dans le traitement de l'eau", avec un surdosage en chlore ou un dépassement de la teneur en aluminium. "Cela est dû à un traitement de potabilisation vétuste ou pas bien suivi", souligne Olivier Andrault. Ces pollutions concernent essentiellement des zones rurales et de montagne, soit 500.000 foyers.

Enfin, la radioactivité naturelle explique le reliquat de non-conformité, soit 4% des cas.

Mathilde Tournier et avec AFP et Kelly Laffin