BFMTV

Episode de pollution: le bassin lyonnais en vigilance rouge, la circulation différenciée renforcée

Les conditions météorologiques favorisent l'accumulation des particules fines dans l'atmosphère à Lyon. Le préfet a décidé de maintenir la circulation différenciée.

De pire en pire dans l'agglomération lyonnaise. La qualité de l'air continue de se dégrader ce vendredi. Le bassin lyonnais, touché depuis mercredi par un épisode de pollution aux particules fines, est passé en vigilance rouge pour les prochaines 24 heures, selon Atmo, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air en Auvergne-Rhône-Alpes.

Renforcement des mesures

La préfecture a décidé de déclencher le niveau d'alerte N2 qui prévoit un renforcement des mesures prises pour limiter l'émission de particules fines, notamment la circulation différenciée. Les seuls véhicules autorisés à circuler sont veux affichant une vignette Crit'Air de classe "zéro émission moteur" ou de classe 1 et 2. Ces nouvelles limitations prendront effet samedi à partir de 5h du matin.

Par ailleurs, la vitesse reste abaissée de 20km/h sur tous les axes routiers du département sur les voies où la vitesse est limitée à 90km/h ou plus. Les axes dont la vitesse est limitée à 80km/h sont limités à 70 km/h. 

Pour s'assurer du respect de ces mesures, le préfet indique renforcer les contrôles effectués dans le département.

Une amélioration ce week-end?

Jeudi, les conditions météorologiques "très défavorables à la dispersion des polluants émis par les activités humaines" ont favorisé l'accumulation de particules fines dans les "basses couches de l'atmosphère", explique Atmo.

Et la situation ne s'améliore pas ce vendredi. "Les conditions météorologiques restent favorables à l'accumulation des polluants émis dans les basses couches, les concentrations de particules fines devraient donc rester élevées", peut-on lire dans le dernier bulletin.

Samedi, une amélioration est attendue à l'Ouest, selon l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air ainsi que dans les vallées alpines. "Les concentrations devraient commencer à diminuer progressivement sur ces territoires, mais resteront élevées sur le centre de la Région", prévient Atmo.

Benjamin Rieth