BFMTV

Des associations veulent créer un réseau de pistes cyclables dans le Grand Paris

BFMTV

Le collectif a dévoilé, sur les réseaux sociaux, une carte "d'un réseau express régional" vélo.

Le collectif Vélo Ile-de-France, qui regroupe une vingtaine d'associations franciliennes de cyclistes, réfléchit à la meilleure façon de traverser l'Ile-de-France en pédalant en allant de Paris en banlieue, de banlieue à Paris mais aussi de banlieue à banlieue. 

Ils ont ainsi dévoilé sur les réseaux sociaux une carte d'un "réseau express régional" vélo (RER V). Cette dernière, dont le design rappelle celui des cartes de métro de la RATP, présente plusieurs lignes parcourant la région, avec des stations.

Un appel à contributions

Cette carte n'est néanmoins qu'un modèle de ce à quoi souhaite arriver le collectif: le tracé des différentes lignes est actuellement discuté par différents groupes de travail. Sur son compte Twitter, le collectif appelle donc les Franciliens à témoigner de leurs expériences via une adresse mail collectif.velo.idf@gmail.com.

A travers ce projet, le collectif Vélo Ile-de-France veut dépasser les frontières administratives des communes pour présenter un projet continu dans l'ensemble du Grand Paris. Finies les pistes cyclables qui s'arrêtent brusquement, finis les grands axes interdits à vélo...

"Le franchissement d'une frontière de département en voiture ne se voit généralement pas. En vélo, il n'y a souvent pas de continuité cyclable, voir des incohérences ou une incompatibilité des aménagements. C'est pour cela qu'un schéma piloté par @IDFmobilites serait utile", a ainsi réagi l'association Venir à Vélo à Saclay.

Un appui de la Région

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France et d'Ile-de-France Mobilités s'est rapidement montrée intéressée par le projet. "Intéressée par la proposition d’un #RERV, Réseau Express Régional Vélo pour l’Ile-de-France", a t-elle ainsi réagi sur Twitter, appelant à rencontrer l'association. 

Malgré ce soutien de la Région, le projet va devoir se heurter à un problème de gouvernance. En matière de vélo et de pistes cyclables, les compétences sont en effet partagées entre la métropole, la région, mais aussi les départements et les villes.

Cyrielle Cabot