BFMTV

Réchauffement climatique : Washington sommé d'agir par des multinationales

Des multinationales demandent aux pouvoirs publics d'agir contre le réchauffement climatique.

Des multinationales demandent aux pouvoirs publics d'agir contre le réchauffement climatique. - -

Des entreprises comme ebay, Nike, Adidas, ou Starbucks demandent une action coordonnée des pouvoirs publics américains sur le réchauffement climatique.

Intel, eBay, Starbucks, Adidas, Nike, The North Face, Timberland… au total ils sont 33 groupes américains à demander à une plus forte action de l'état fédéral. Mercredi, ces entreprises ont appelé Washington à mettre en place une législation pour lutter contre le réchauffement climatique, assurant que cette question était capitale pour leurs affaires.

"Nous ne pouvons pas risquer l'avenir de nos enfants sur le faux espoir que la grande majorité des scientifiques ont tort", déclarent-ils dans un communiqué. Agir contre le changement climatique est essentiel pour les Etats-Unis "pour maintenir notre niveau de vie et rester une vraie superpuissance dans un monde compétitif", ajoutent-ils dans une déclaration commune.

Cette trentaine d'entreprise déclare avoir agi, en leur sein pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ces groupes affirment militer pour la mise en place de mesures similaires au niveau national, pour protéger les ressources naturelles et rendre équitables les règles du jeu pour tous les acteurs économiques.

Le Sénat traine des pieds pour agir

Barack Obama a fait de la question climatique une des priorités de son second mandat. Le président américain appelle notamment le Congrès à "faire plus" lors de son discours sur l'état de l'Union, en février, et avertissant qu'en l'absence d'avancées significatives sur le sujet, il procéderait par décrets.

La plupart des élus républicains, soutenus par des groupes de pression d'industriels, s'opposent à une telle législation, arguant qu'elle serait trop coûteuse. Certains d'entre eux sont même climatosceptiques, remettant en cause les études scientifiques sur la question.

Une précédente tentative de Barack Obama de faire adopter une loi sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre s'était heurtée à l'opposition du Sénat en 2010.