BFMTV

Circulation alternée à Paris: pourquoi il n’y a pas d’amélioration de la qualité de l’air

Depuis une semaine, un épisode de pollution s’est installé sur l’Ile-de-France. Un pic favorisé par les conditions météorologiques et qui n’a pas diminué, malgré la circulation alternée à cause de l’accumulation de la pollution et d’un manque de suivi du dispositif.

On ne respire toujours pas mieux en Ile-de-France. Pour la troisième journée consécutive, Airparif prévoit une pollution aux particules fines au-delà du seuil d'alerte pour la journée de jeudi. Un épisode de pollution qui dure maintenant depuis une semaine, malgré une accalmie pendant le week-end et la mise en place de la circulation alternée.

Le pic de pollution actuel est d'ailleurs le plus long et le plus persistant depuis dix ans. "On a des concentrations qu'on observe aujourd'hui sur l'agglomération qui sont dans les maximums qu'on a pu mesurer sur les 10 dernières années, c'est très inférieur à ce qu'on avait dans les années 60 évidemment ou ce qu'il y a à Pékin, par contre on est très au-delà des seuils français pour la santé de l'ensemble de la population", alerte Frédéric Bouvier, le directeur d'Airparif sur BFMTV. 

>Pourquoi la pollution se poursuit?

Airparif a pu observer plusieurs phénomènes qui expliquent la persistance de cette pollution depuis une semaine, à savoir la conjugaison de l'activité humaine (transports et chauffage) et de la météo. "Des conditions météorologiques qui sont défavorables à la dispersion des polluants avec une quasi absence de vent et ce qu'on appelle des inversions de températures, c'est-à-dire une sorte de couvercle qui piège les polluants au pied du sol", précise Frédéric Bouvier. 

Ces conditions météorologiques qui allient ciel dégagé et températures basses devraient d'ailleurs se poursuivre au moins jusqu'à vendredi. La situation ne touche d'ailleurs pas que Paris mais plusieurs autres grandes villes de France, notamment Lyon qui s'est aussi retrouvée sous un épais nuage de pollution

>La circulation alternée est-elle inefficace?

Face à cette pollution présente depuis une semaine en Ile-de-France, la préfecture de police a décidé de mettre en place la circulation alternée depuis mardi. Pourtant mercredi, la concentration de particules fines dans l'air n'a pas diminué, au contraire. Un argument pour ceux qui décrient cette mesure et notamment l'association 40 millions d'automobilistes. La circulation alternée n'aurait donc aucun effet sur la réduction de la pollution? Frédéric Bouvier n'est pas si catégorique. "On ne peut pas le voir comme ça (...). On est dans une situation qui perdure, donc on a un phénomène d'accumulation", souligne-t-il.

La mise en place de la circulation alternée aurait d'après lui été également "moins suivie et moins respectée que les années précédentes" par les automobilistes dont près de 1.750 ont été verbalisés mardi. Pour le directeur d'Airparif, l'enjeu est de continuer à diminuer les émissions de pollution dans les jours à venir en continuant à appliquer la circulation alternée. Les autorités s'accordent toutefois pour dire que la circulation alternée est une mesure d'urgence pas forcément satisfaisante car elle n'interdit pas à la circulation les véhicules les plus polluants. A partir de janvier 2017, le port d'une vignette identifiant la propreté des véhicules sera obligatoire à Paris. A l'avenir, la mairie de Paris pourrait utiliser ces pastilles pour interdire la circulation de certains véhicules en cas de pollution.

Carole Blanchard