BFMTV

Vacances : les bons plans chez l’habitant

-

- - -

Face à la crise du pouvoir d’achat, la formule des chambres chez l’habitant se développe. Exemple avec des français qui partent, et reçoivent.

Pour éviter de plomber leur budget, de plus en plus de français optent pour des vacances chez l'habitant. Le principe: vous vous installez chez des particuliers qui vous louent une partie de leur propriété. Cela fonctionne en France, mais aussi à l'étranger. L'occasion de faire des économies, puisque ce type d'hébergement est moins cher que l'hôtel, mais aussi de faire des rencontres.

Comment ça marche ?

Des sites internet comme bedycasa.com permettent d'entrer en relation gratuitement avec des familles prêtes à vous héberger dans plus de 140 pays, pour 15 à 60 euros la nuit. Vous pouvez économiser ainsi jusqu'à 50% sur votre budget logement. Il faut d'abord s'inscrire sur le site internet, puis choisir votre destination. Par exemple Barcelone, en Espagne. Vous pouvez alors consulter les fiches des familles qui peuvent vous héberger. Et on trouve encore des bons plans : Marisela par exemple, habite au centre de Barcelone, un appartement de 110 mètres carrés dans lequel elle loue une grande chambre pour 18 euros la nuit, 105 euros la semaine, avec salle de bain privative et piscine. Autre exemple, avec un changement de décor : dans un petit village de montagne situé à 20 minutes de Barcelone, Violeta propose une chambre, dans sa maison, à 30 euros la nuit, pour 2 personnes. Et vous pouvez entrer en contact avec elle en lui téléphonant ou lui écrivant un mail.

Ainsi, Daniel est amoureux de l'Angleterre et, quand il part Outre-Manche, il dort chez l'habitant. Pour lui, la formule présente l'avantage de « voir les gens vivre différemment, ne serait-ce que le breakfast anglais qui est complètement différent. Il y a également l'échange avec les gens qui nous disaient où aller, pour les soirées par exemple. On va parfois aux courses de chiens, ce que l'on n'aurait jamais fait, ou dans des courses de motos dans un stade qui s'appellent les speedways. Grâce à cette formule, on a trouvé d'autres loisirs pour le soir, au lieu de rester dans sa chambre d'hôtel ».

Dans le sens inverse, la formule semble également satisfaisante. Ainsi, Julie habite dans le 6ème arrondissement de Paris et, pour 20 euros la nuit, elle loue une chambre de 12 mètres carrés à Ambre, une jeune guadeloupéenne en vacances à Paris. Pour Julie, cette cohabitation « se déroule parfaitement. On a quelqu'un chez soit donc il faut vivre à plusieurs, alors si c'est une culture différente, on fait entrer une autre culture chez soit. C'est sympathique de voir autre chose, de parler d'autre chose. On est quand même un peu inquiet de savoir qui on va recevoir, mais finalement tout se passe bien. Il n'y a pas de souci, il y a beaucoup de gens bien élevés ! ».

La rédaction et Céline Pitelet