BFMTV

Paris: rare naissance d'un bébé panthère de Chine au Jardin des Plantes

La petite panthère restera aux côtés de sa mère pendant un an, avant d'être transférée dans un autre parc

La petite panthère restera aux côtés de sa mère pendant un an, avant d'être transférée dans un autre parc - Emmanuel Baril

Une nouvelle d'autant plus heureuse qu'elle est rare: menacée par la déforestation, l'espèce ne compte plus que 2.500 spécimens en liberté.

Une petite panthère de Chine a vu le jour le 3 mai au Jardin des plantes, comme l'a révélé la ménagerie parisienne sur Facebook vendredi. 

"Nous sommes très heureux de vous annoncer la naissance d’une panthère de Chine du Nord (Panthera pardus japonensis) le 3 mai dernier à la Ménagerie", se félicite le personnel du parc dans son message.

La petite panthère restera à la ménagerie aux côtés de ses parents pendant un an, avant d'être transférée dans un autre parc zoologique pour se reproduire. 

Pour décider du nom à donner au bébé, le zoo va sonder ses visiteurs sur Facebook. Les internautes auront le choix entre trois noms, sélectionnés par les soigneurs. Celui qui obtiendra le plus grand nombre de votes sera choisi. 

Une espèce en danger

La nouvelle de cette naissance est d'autant plus heureuse qu'elle est rare: seules trois petites panthères de Chine sont nées dans le monde cette année. Cette sous-espèce, menacée par la déforestation, ne compte plus que 2.500 individus dans son milieu naturel. Elle est de fait considérée comme "en danger" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la principale organisation non gouvernementale dédiée à cette cause.

Caractérisée par une couleur plus orange que ses congénères, la panthère de Chine est aussi plus septentrionale, puisqu'elle peut supporter des températures allant jusqu'à -30°C. À l'âge adulte, la panthère du Jardin des plantes pourra mesurer jusqu'à 1,75 mètre de long et peser jusqu'à 90 kilos. 

2017 est une année faste pour le zoo parisien qui a déjà célébré la naissance de trois petits caracals et d'un takin du Sichuan, en février.

Claire Rodineau