BFMTV

Le baliste, le poisson "mordeur" de Méditerranée, retrouvé en Normandie

Un baliste commun a été pêché dans La Manche, début septembre.

Un baliste commun a été pêché dans La Manche, début septembre. - Facebook - Normandie Bord de Mer

Un pêcheur normand a identifié début septembre au large de Courseuille-sur-Mer (Calvados) un baliste commun, un poisson plutôt connu en Méditerranée, où il a sévi cet été en mordant les mollets des baigneurs.

"Je n'avais jamais vu ça ici". Le baliste commun, un poisson qui fait habituellement partie du paysage méditerranéen, a été pêché début septembre au large de Courseuilles-sur-Mer, dans le département du Calvados en Normandie. Une présence rare dans La Manche pour ce poisson qui s'est fait remarquer cet été sur la Côte d'Azur en mordant jusqu'au sang les mollets de certains baigneurs.

"J'en ai remonté un dans mon bateau il y a quelques jours en pêchant sur une épave. Je n'en avais jamais vu de ma vie ici. D'ailleurs, au début j'ai cru que c'était un Saint-Pierre. Mais on a vite compris que ce devait être une espèce inconnue dans nos eaux. [...] C'est évidemment assez enthousiasmant de découvrir soudain un poisson que vous ne connaissez pas", a raconté ce jeudi au Parisien Jean-Louis Pierrin, le pêcheur à l'origine de la découverte, qui a partagé sur Facebook plusieurs clichés du spécimen.

Un courant à bonne température

Pierre-Yves Bouis, responsable des aquariums de la Cité de la Mer à Cherbourg, a indiqué à France 3 Normandie que le baliste "a pu parfois remonter jusqu'à l'Angleterre" ces dernières années.

"Avec l'été qui a été chaud et l'automne qui s'annonce plutôt clément, il a trouvé un courant à bonne température pour aller explorer de nouveaux territoires et chercher à manger. C'est un conquérant et il adore manger les crabes. Sa dentition solide lui permet de croquer la carapace sans difficulté. Je ne suis pas surpris de le voir en Normandie", a-t-il expliqué.

La présence de ce poisson "mordeur", agressif mais pas venimeux, est tout de même rare dans La Manche, même s'il a déjà pu y être observé dès 1995, s'est souvenu le docteur Pascal Romans, responsable du Service Mutualisé d'Aquariologie de l'Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer auprès de Sciences Avenir. Pas d'inquiétude donc à avoir pour les Normands pour le moment.

Clément Boutin Journaliste BFMTV