BFMTV

Voyager: des zones "déconseillées" toujours accessibles

Cliché du Parc Pendjari, au Bénin. Ce lieu est passé de zone en "vigilance renforcée" à zone "fortement déconseillée" le 10 mai.

Cliché du Parc Pendjari, au Bénin. Ce lieu est passé de zone en "vigilance renforcée" à zone "fortement déconseillée" le 10 mai. - Stefan Heunis - AFP

Via les agences locales ou Le Guide du Routard, des zones "déconseillées" ou "fortement déconseillées" par le ministère de l'Intérieur sont encore accessibles, voire recommandées, pour les voyageurs.

Depuis le 10 mai, date de retour en France de deux otages français capturés au nord du Bénin, le ministère des Affaires étrangères a étendu les zones "fortement déconseillées" dans le pays. Le parc de Pendjari, où ont été enlevés les deux hommes, était, depuis avril seulement, en zone "déconseillée sauf raison impérative", il est passé en zone rouge, soit "fortement déconseillée".

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé dès ce weekend les voyageurs à "respecter intégralement les conseils aux voyageurs, ce ne sont pas des voeux pieux, ce sont des incitations impératives", a-t-il déclaré.

Ces agences qui "vous amène où vous voulez, moyennant finances"

Il a également incité dans son discours les agences de voyages, à prendre "en considération intrinsèquement les conseils qui sont donnés par le Quai d'Orsay", afin de ne pas envoyer les touristes dans des zones dangereuses.

Les cartes du ministère des affaires étrangères sont "remises à jour constamment par les ambassades, dans le monde entier", rappelle Philippe Gloaguen, fondateur et directeur du fameux guide de voyage, "Le Guide du Routard", sur BFMTV.

Il assure ne pas connaitre d'agences de voyage françaises vendant des excursions dans des pays dangereux. Mais il y a une difficulté au niveau "des agences réceptives", explique Philippe Gloaguen, "c'est à dire ces petites agences locales qui avec un guide et une Land Rover [véhicule tout-terrain], vous amène où vous voulez, moyennant finances".

Des zones à risques encore conseillées

Le directeur du guide du routard assure sur BFMTV ne plus produire de guide pour l'Afrique de l'Ouest (7 pays notamment) depuis plusieurs années, excepté le Sénégal. Sur la carte du ministère des Affaires étrangères, les pays de cette zone comme le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria ou encore le Burkina Faso sont en grande partie recouverts de rouge (zones fortement déconseillées), sinon de orange (zone déconseillée sauf raison impérative). 

En revanche, le Sénégal, la Guinée, le Togo, la Côte d'Ivoire ou encore le Sierra Leone (côte ouest du continent africain) sont, actuellement, quasiment entièrement en "vigilance renforcée". Et ce comme la quasi totalité de l'Amérique du Sud, l'Amérique centrale, l'Asie du Sud ou encore en Europe, l'Ukraine et la Moldavie.

Zones rouges
Zones rouges © Ministère des Affaires étrangères

De plus, un Guide du Routard "2013/2014", publié en 2012 selon le site de la Fnac, est encore proposé en ligne, et annonce parler du "Bénin, du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie et du Togo". Sur le site de l'agence de voyage, si "la zone frontalière burkinabé et nigérienne" est déconseillée, le Parc Pendjari à la frontière burkinabè - où ont été enlevés les deux Français -fait encore partie des "incontournables" du Bénin à l'écriture de cet article.

Salomé Vincendon