BFMTV

Une prime de 800 euros pour les professeurs des écoles

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, en conférence de presse le 22 avril 2016

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, en conférence de presse le 22 avril 2016 - Patrick Kovarik - AFP

Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, les trois ministres de l'Education du quinquennat, seront présents ce lundi matin au Palais Brongniart, au coeur de Paris, où se dérouleront les "Journées de la refondation de l'école de la République". Le Président François Hollande interviendra à la fin de la première journée et le Premier ministre Manuel Valls clôturera les débats mardi soir.

"Il s'agit d'un point d'étape sur ce qui a été fait depuis 2012, et qui permettra de réfléchir aux améliorations", a précisé la rue de Grenelle.

Une augmentation des professeurs des écoles

Le Premier ministre annoncera par ailleurs une augmentation des rémunérations des professeurs des école, dont la forme et le calendrier seront précisées mardi, a déclaré Najat Vallaud-Belkacem dans un entretien au Journal du dimanche paru samedi. 

"Les enseignants du premier degré vont être augmentés(...) Nous travaillons avec les syndicats à un alignement" des primes perçues par les professeurs des écoles et ceux du second degré, a expliqué la ministre.

Les enseignants du collège et du lycée reçoivent depuis 1989 une indemnité annuelle de 1.200 euros. En 2013, Vincent Peillon avait introduit une prime annuelle pour les professeurs des écoles de 400 euros. Les syndicats des professeurs des écoles réclament désormais un alignement de cette prime sur celle des professeurs du second degré: soit une hausse annuelle de 800 euros.

47.000 postes créés

Parmi les grandes réformes du quinquennat en matière d'éducation figurent celle des rythmes scolaires dans les écoles maternelles et élémentaires, appliquée depuis la rentrée 2013 et généralisée en 2014, et les réformes du collège et des programmes (école primaire et collège), prévues pour la rentrée 2016. L'éducation prioritaire, pour les établissements accueillant les populations les moins favorisées, a subi un sérieux toilettage, avec une actualisation de la carte des écoles figurant dans les réseaux d'éducation prioritaires. Ont aussi été revues à la hausse, en 2015, les primes versées aux enseignants qui exercent dans ces établissements.

François Hollande avait aussi promis la création nette de 60.000 postes de 2012 à 2017, après la suppression de 80.000 postes sous la précédente présidence: 54.000 pour l'Education nationale (enseignants, conseillers principaux d'éducation etc.), 5.000 dans l'enseignement supérieur et un millier dans l'enseignement agricole. Sur ces 60.000, 47.000 postes auront été créés à la rentrée 2016. Les 13.000 restants sont prévus pour la rentrée 2017, assure le ministère. 

La réforme du collège continue de susciter l'ire d'une partie des professeurs, notamment de lettres classiques et de langues étrangères, mais aussi de l'opposition, qui interpelle régulièrement à ce sujet la ministre lors des questions au Parlement, et enfin du SNES, premier syndicat du secondaire. Ce dernier entend d'ailleurs "donner de la voix" lundi, en organisant un rassemblement à 14 heures devant le Palais Brongniart. 

la rédaction avec AFP