BFMTV

Un loto en ligne pour aider l'Afrique ?

-

- - -

La France veut créer un jeu de hasard sur internet pour aider au développement de l'Afrique. Une idée relancée par le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, et déjà critiquée.

Choqué ou enthousiaste, joueur ou pas, dites-nous, dans le forum ci-dessous, ce que vous pensez de cette idée de "loterie humanitaire" en ligne !

La France veut jouer au loto pour la bonne cause. Afin de sensibiliser les pays riches aux enjeux du développement de l'Afrique, le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, de retour d'une tournée dans 3 pays africains - la Guinée, le Mali et la Mauritanie - a proposé de créer un loto comme mode de « financement innovant ». Une collaboration avec la Française des Jeux serait déjà à l'étude et le projet pourrait voir le jour dès 2010. Ce jeu de hasard prendrait la forme d'un loto ou d'un bingo accessibles sur internet. « Une partie de la mise irait à la bonne cause, permettant de sensibiliser la population » à l'aide des plus pauvres et mobiliser « les diasporas », a expliqué Alain Joyandet. Le gain estimé serait de 10 millions d'euros par an.

« Une loterie humanitaire demandée par l'ONU »

Comme l'explique Alain Joyandet, cette idée de « loterie humanitaire date déjà ; elle avait été demandée par les Nations Unies dans les années 70, pour trouver de l'argent additionnel, en plus de ce que mettent les états pour faire du développement, notamment en Afrique ; ce qui permettrait de moraliser un peu les jeux et puis de faire en sorte que tous ceux qui pourraient jouer en ligne, sachent qu'une partie de leurs mises va au développement et à l'Afrique.
2010, c'est l'année idéale, c'est l'ouverture des jeux en ligne, c'est l'année de l'Afrique et aussi le Mondial de foot en Afrique du Sud. »

« Hasardeux, immoral et indécent »

Patrick Lozes, président fondateur du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), parle d'une « initiative hasardeuse ». Il s'interroge sur « la volonté politique du gouvernement de répondre réellement aux besoins de développement en Afrique. Adosser l'aide au développement en Afrique à des jeux de hasard, me semble immoral et indécent.
Je pense que cette proposition tombe vraiment très mal : au moment où les Etats-Unis ont un langage responsable et adulte avec le continent africain, la France a une attitude paternaliste et misérabiliste avec l'Afrique. J'appelle le Président de la République et le ministre des Affaires Etrangères à sortir de ces postures et à parler d'autre chose avec l'Afrique.
On nous parle de ce loto qui rapporterait 10 millions d'euros ; je voudrais rappeler que les besoins en financement de l'Afrique sont de 150 milliards de dollars [ndlr, environ 105 milliards d'euros]. » L'aide publique mondiale au développement s'élevait en effet en 2008 à 119 milliards de dollars [soit environ 80 milliards d'euros].

D'autres idées pour l'aide au développement

Au-delà de ce loto, la réflexion sur les « financements innovants » de l'aide au développement est en ébullition depuis quelques années. Parmi les idées les plus avancées : une taxe sur les billets d'avion, une réduction des coûts bancaires des transferts d'argent des migrants vers leur pays d'origine, une imposition sur les transactions financières et de change - pour laquelle milite Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères -, une contribution volontaire de 50 centimes sur les billets de trains internationaux, et une autre de 20 centimes d'euros par manuel scolaire payé par les collectivités locales. Un rapport global sur la question doit être rendu en septembre à l'ONU.

La rédaction-Bourdin & Co