BFMTV
Société

Un ancien prêtre raconte avoir quitté sa vie ecclésiastique pour se marier

Un récent sondage révèle que 85% des Français, 88% des catholiques et 78% des pratiquants sont favorables au mariage des prêtres.

L'Eglise doit-elle se moderniser? C'est ce que souhaite Pierre Blanc, un ancien prêtre qui a dû quitter sa vie ecclésiastique en 2010, après 26 ans de service, pour pouvoir se marier avec Christine, l'une de ses paroissiennes de l'époque. Une situation difficile à vivre pour l'homme, qui n'a pas eu accès au sacrement du mariage. 

"Le fait de rester dans ce même département, dans ce même diocèse a été très mal reçu. Ils auraient préféré que nous partions loin, comme ça pas de scandale. Nous aurions vécu au XVIe siècle, nous serions morts sur un bûcher sans problème. Heureusement aujourd'hui, l'Eglise a moins de pouvoir", dévoile-t-il sur notre antenne.

L'interdiction de se marier pour les prêtres est une intolérance qui révolte Christine, son épouse. 

"Du jour au lendemain, parce que tu es dans une situation de relation amoureuse avec une personne consentante, la sanction est immédiate. Alors que quand tu abuses d'un enfant qui n'est bien évidemment pas consentant, on peut continuer à exercer son ministère en toute facilité. Où est le scandale? Nous ou les abus sexuels auprès d'enfants?", s'indigne-t-elle.

Des archevêques favorables au mariage des prêtres

Lundi, Monseigneur Dufour, archevêque d'Aix-en-Provence, s'est dit favorable, sur France Bleu, à l'ordination des hommes mariés, soulignant que "l'ordination des hommes mariés se fait déjà chez les maronites au Liban, chez les Grecs catholiques et chez les Syriens catholiques". Une position similaire à celle de l'archevêque de Poitiers. 

En mars dernier, un sondage Odoxa pour Témoignage Chrétien, révélait que 85% des Français, 88% des catholiques et 78% des pratiquants sont favorables au mariage des prêtres. Mais la remise en cause du célibat des prêtres est toujours rejetée par le pape François. 

Clément Boutin