BFMTV

Sifflements, regards déplacés: 94% de femmes l'ont déjà vécu dans le métro

Selon un sondage pour Osez le Féminisme, 94% de femmes ont déjà subi un comportement sexiste (photo d'illustration).

Selon un sondage pour Osez le Féminisme, 94% de femmes ont déjà subi un comportement sexiste (photo d'illustration). - AFP

L'association Osez le féminisme lance une campagne de sensibilisation aux violences sexistes subies quotidiennement dans le métro par les femmes.

Le chiffre est alarmant, mais n'étonnera peut-être pas tout le monde: selon une enquête menée cet été dans le métro parisien auprès de 150 femmes, 94% d'entre elles ont révélé avoir déjà subi des comportements sexistes, du sifflement à la véritable agression. Or, un "simple" sifflement dans un couloir de métro peut revêtir une dimension angoissante et être vécu comme une violence quand le lieu est désert.

Ainsi, par peur d'affrontements, "près de trois quarts des femmes interrogées adaptent leur comportement ou leurs tenues vestimentaires lorsqu'elles sont dans le métro", selon la porte-parole d'Osez le féminisme, Anne-Cécile Mailfert, à l'origine de ce sondage. Elle regrette que la RATP, qui communique régulièrement pour prévenir les vols à la tire et les incivilités "ne se soit jamais emparée de ce phénomène". 

"Tu risques de te faire gifler très fort"

Tout cela a poussé l'association à lancer une pétition appelant les transporteurs franciliens à mener "des actions de prévention et de lutte contre les violences sexistes", et à lancer une campagne de sensibilisation. "Attention! Ne mets pas tes mains sur mes fesses, tu risques de te faire gifler très fort!", peut-on lire dans cette campagne, qui parodie les mises en garde de Serge, le lapin jaune du métro parisien. 

Ces initiatives interviennent alors qu'un court-métrage, diffusé dans le cadre d'un concours sur Internet, dénonce la peur des usagers d'un RER, paralysés et immobiles face à l'agression sexuelle d'une jeune femme dans la même rame. Le film, intitulé "Je suis à l'heure", a connu un très grand succès ces derniers jours sur Internet et met en lumière "l'indifférence" terrible des voyageurs.

Aux Etats-Unis, un débat aussi

Ailleurs qu'en France, le sujet du sexisme fait également débat. Aux Etats-Unis, pour dénoncer le harcèlement de rue dont sont victimes les femmes à New York, l'actrice américaine Shoshana B. Roberts a arpenté pendant dix heures les différents quartiers de Manhattan, en se filmant en caméra cachée. Le montage est éloquent et le constat clair: de jour comme de nuit, la jeune femme, portant un T-shirt ras du cou et un simple jean, n'a pas cessé d'être abordée de toutes parts par des hommes. "Quand j'ai tourné la vidéo, mes épaules étaient voûtées, je marchais l'air grave, sans établir de contact par le regard. Tous mes signaux non verbaux disaient que je ne voulais pas être abordée", raconte-t-elle.

Depuis, la vidéo, tournée pour l'association "Hollaback!", a été vue plus de 15 millions de fois. L'actrice a été agréablement surprise par le nombre de retours positifs qu'elle a reçus. Elle a malheureusement aussi été victime de critiques et de menaces dont elle va faire part à la police. "Evidemment, ces commentaires négatifs illustrent le fait que nous avons touché un nerf. Ce montre que le sujet devait vraiment être abordé et que nous avons apporté notre pierre à l'édifice."