BFMTV

Meurtre de Mireille Knoll: l'Est parisien face à l'antisémitisme

Le meurtre de Mireille Knoll, cette octogénaire juive tuée vendredi à Paris fait écho à un autre meurtre antisémite survenu dans le même arrondissement, celui de Sarah Halimi en 2017. Dans le 11e, les habitants de confession juive font part de leur sentiment d'insécurité.

L'émotion est vive dans le 11e, cinq jours après le meurtre de Mireille Knoll. Cette octogénaire de confession juive, rescapée de la Shoah a été retrouvée morte à son domicile incendié, lardée de plusieurs coups de couteau. Un meurtre pour lequel le mobile antisémite a été retenu par le parquet de Paris.

Après le drame, les habitants de confession juive évoquent leur malaise. Mickaël, habitant du nord du 11e depuis 15 ans assure avoir vu son quartier changer ces dernières années et a dû changer ses habitudes. "On est obligé de cacher nos signes religieux tels que colliers, "magen" David, kippa, tailler la barbe assez courte, ne pas porter les fils de Tsitsit à l'extérieur... C'est vraiment différent", explique-t-il. 

Commerçant dans le 11e, il n'ose même plus ouvrir sa boutique aux passants: "souvent la porte est fermée à clé. Il y a beaucoup de gens bizarres qui essayent de rentrer. On fait attention et on verra ce que l'avenir nous dira", poursuit-il. 

C'est déjà dans cet arrondissement qu'en avril 2017, Sarah Halimi, une juive orthodoxe a été tuée par un voisin. Un meurtre pour lequel, la juge d'instruction a retenu le mois dernier le caractère antisémite. Pour Fanny, une autre commerçante, cette situation ne peut plus durer.

"On est en colère, on en a assez. On veut des actions et plus des paroles", s'agace-t-elle. 

Des habitants qui déménagent à l'Ouest

D'après des chiffres du Crif, les arrondissements de l'Est parisien sont ceux qui concentrent le plus de plaintes pour des actes antisémites avec par exemple 50 actes recensés dans le 20e en 2015 et 2016 et 21 actes dans le 11e. Ce sentiment d'insécurité conduit certains habitants à changer de quartier.

"Les juifs qui vivent dans le 19e, le 20e ou le 11e, pas tout le monde bien sûr, quelques-uns, décident de quitter ces arrondissements pour aller vivre dans le 17e ou en tout cas dans l'Ouest de Paris et non plus à l'Est, parce qu'ils pensent être en sécurité", explique Marc Knobel, historien et directeur des études au Crif. 

Une marche blanche rendra hommage ce mercredi à Mireille Knoll. Le cortège partira de la place de la Nation jusqu'au domicile de l'octogénaire. Ce mercredi, son fils a appelé "tous ceux qui ont une mère" à participer à ce rassemblement

C. B avec Jeanne Daudet, Louise Pezzoli, Julie Pierret