BFMTV

En France, 4 musulmans sur 10 disent avoir été victimes de comportements racistes

Des musulmans à la Grande Mosquée de Paris lors de l'Aïd el-Fitr, le 15 juin 2019

Des musulmans à la Grande Mosquée de Paris lors de l'Aïd el-Fitr, le 15 juin 2019 - Zakaria Abdelkafi - AFP

Selon une étude Ifop dévoilée ce mercredi, les femmes musulmanes sont plus touchées par les discriminations: 45% d'entre elles y ont déjà fait face, contre 35% chez les hommes.

Trouver un emploi, louer un appartement, rentrer dans un bar ou se promener dans la rue: si ces actes peuvent sembler anodins pour bon nombre de Français, ils peuvent être source de racisme et de discrimination pour certains citoyens de confession musulmane, selon un sondage Ifop pour la Dilcrah (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT) et la Fondation Jean-Jaurès publié ce mercredi.

L'enquête, dévoilée dans Le Parisien, a été menée avant l'attaque contre la mosquée de Bayonne et la nouvelle polémique sur le voile, ravivée par la prise à partie d'une maman voilée et musulmane qui accompagnait son fils en sortie scolaire par un élu du Rassemblement national. Elle révèle que plus de 42% des musulmans vivant en France disent avoir déjà subi des comportements racistes et discriminatoires en raison de leur religion au cours de leur vie. Et ces derniers s'expriment dans de nombreux aspects du quotidien.

Sur les 1007 personnes représentatives de la population musulmane de plus de 15 ans sondées par l'Ifop, 28% estime avoir déjà fait l'objet de discriminations pendant un contrôle de police, 22% lors de la recherche d'un logement, ou encore 24% en cherchant un emploi. Un musulman sur quatre affirme par ailleurs avoir été exposé à une agression verbale ou des insultes (contre 9% des personnes non-musulmanes) et 7% ont déjà subi une agression physique (3% pour le reste de la population).

Les femmes plus touchées

Les femmes musulmanes sont par ailleurs plus concernées que les hommes par ces discriminations: 45% d'entre elles y ont déjà fait face, contre 35% chez les hommes. Le constat est encore plus amer pour les musulmanes portant le voile, qui sont 60% à dire avoir déjà été discriminées au cours de leur vie et 37% à avoir été visées par des insultes diffamatoires.

Le Parisien note par ailleurs que ces discriminations s'exercent plus dans les villes de taille moyenne et dans les zones géographiques où la part d'immigrés est assez faible (moins de 8% de la population).

Selon l'ensemble des données recueillies par l'étude commandée par le gouvernement, les personnes de confession musulmane font ainsi deux fois plus face à des comportements racistes et discriminatoires que le reste de la population vivant en France. "Seuls" 17% des non-musulmans disent en effet en avoir déjà subi. 

"Un constat d'échec de notre modèle d'intégration"

Pour Marlène Schiappa, qui a commenté ce sondage lors d'un séminaire de restitution des données mardi, les résultats sont "un constat d'échec de notre modèle d'intégration".

"C'est aussi ce qui nourrit le communautarisme. Quand des personnes se sentent exclues de la République, elles sont attirées par ceux qui s'organisent en marge de la République", a-t-elle déploré dans des propos retranscrits par Le Parisien.

Cette enquête avait été commandée par le gouvernement pour connaître le ressenti de la population musulmane, qui représente, selon les estimations, 5 à 6 millions de personnes en France. Elle est dévoilée à quelques jours d'une manifestation contre l'islamophobiequi doit avoir lieu dimanche à Paris.

Juliette Mitoyen avec AFP