BFMTV

Réforme des retraites: des avocats manifestent au palais de justice de Paris aux cris de "Belloubet démission"

A l'appel du Conseil national des barreaux, qui représente les 70.000 avocats français, les avocats ont durci depuis lundi leur mouvement de protestation contre la réforme, redoutant la remise en cause de leur régime autonome.

"Cette réforme va tuer nos cabinets": plusieurs centaines d'avocats ont manifesté ce vendredi contre la réforme des retraites au palais de justice de Paris, appelant à la démission la ministre de la Justice Nicole Belloubet qui se trouvait à quelques dizaines de mètres d'eux. 

Le nouveau bâtonnier de Paris Olivier Cousi a pris la parole en haut des marches de la salle des pas perdus: "Cette réforme va tuer nos cabinets", a-t-il déclaré, sous des applaudissement nourris. Puis les avocats se sont couchés par terre, une sirène et des sifflets ont retenti. Les avocats ont ensuite jeté leur robe noire, en tas, reprenant le geste de leurs confrères de Caen mercredi devant la garde des Sceaux. 

Nicole Belloubet est restée impassible

"Belloubet démission", ont-ils scandé, dans l'espoir de se faire entendre jusque dans la Grand'chambre de la Cour de cassation, où se trouvait la garde des Sceaux pour l'audience solennelle de rentrée de la plus haute juridiction française. Les cris y ont été entendus, mais sans perturber les discours. Nicole Belloubet est restée impassible.

Les avocats, venus de toute l'Ile-de-France, ont tenté de s'approcher de la Cour de cassation, mais ont été bloqués par des gendarmes. "On n'est pas des pigeons", "On ne lâche rien", "Macron, si tu savais, ta réforme où on se la met", "Ce n'est que le début!", ont-ils scandé.

"Il n'y a aucune raison de modifier ce régime de retraite", a déclaré à des journalistes Maitre Cousi. Avec cette manifestation, "nous voulons montrer les effets mortifères de cette réforme. (...) Nous sommes dans une situation de désespoir dans certains cabinets", a ajouté le bâtonnier.

Une remise en cause de leur régime autonome

A l'appel du Conseil national des barreaux, qui représente les 70.000 avocats français, les avocats ont durci depuis lundi leur mouvement de protestation contre la réforme, redoutant la remise en cause de leur régime autonome. Ce régime s'appuie sur une caisse qui s'autofinance, insiste le CNB. La profession craint "un doublement des cotisations et la baisse des pensions".

Parmi les avocats qui manifestaient vendredi, se trouvaient de nombreux jeunes en début de carrière pour lesquels les cotisations retraite passeraient de 14 à 28% selon la réforme.

"Cela va être très compliqué à gérer. On ne sait pas comment faire. Je m'interroge sur mon avenir dans cette profession", a expliqué l'un d'eux, Wahid Belaghlem, avocat depuis trois ans, qui s'est mis à son compte il y a trois mois.
A.J. avec AFP