BFMTV

Pour la mairie de Paris il y a eu "plus de dégâts" ce samedi que le 1er décembre

Des motos brûlées dans une rue de Paris, le 8 décembre.

Des motos brûlées dans une rue de Paris, le 8 décembre. - Lucas Barioulet - AFP

Le 1er adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, dresse le bilan du quatrième samedi de mobilisation des gilets jaunes et constate amèrement l'importance des dégâts matériels dans la capitale.

La mobilisation des gilets jaunes, samedi à Paris, a fait "beaucoup plus de dégâts" matériels que celle du 1er décembre, a estimé ce dimanche Emmanuel Grégoire, 1er adjoint de la maire de Paris. En comparaison avec la mobilisation de le semaine précédente, "le secteur concerné par les incidents est beaucoup plus important (...). En ayant moins de barricades, il y a eu beaucoup plus de dispersion, donc beaucoup plus de lieux impactés par des violences", a-t-il précisé sur France Inter.

"Scènes de chaos"

Emmanuel Grégoire assure que ce quatrième samedi de violences entraînera "beaucoup plus de dégâts (...) et un coût économique beaucoup plus important", dû notamment aux très nombreux commerces restés fermés dans ce qui est traditionnellement un temps fort des achats avant les fêtes.

De son côté, Anne Hidalgo avait déploré dès samedi soir "des scènes de chaos" dans la capitale et des "dégâts incommensurables" pour l'économie et l'image de la ville.

La manifestation des gilets jaunes a réuni quelque 10.000 personnes à Paris, contre 8.000 le 1er décembre.

Ambre Lepoivre avec AFP