BFMTV

Police municipale: ce qu'en pensent les candidats aux municipales à Paris

Le secteur de la préfecture de police de Paris, bloqué par les forces de l'ordre, le jeudi 3 octobre.

Le secteur de la préfecture de police de Paris, bloqué par les forces de l'ordre, le jeudi 3 octobre. - GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

La création d'une police municipale à Paris est l'un des grands débats portés par les candidats aux municipales. BFM Paris fait le point sur les propositions de chacun des candidats investis.

À cinq mois des élections municipales, la campagne bat son plein, les différents candidats annonçant tour à tour leur projet pour la capitale. Alors que la délinquance est en forte augmentation à Paris selon les derniers chiffres de la préfecture de police, la question de la sécurité prend une place centrale dans les débats et avec elle, celle de la création, ou non, d'une police municipale. 

  • Un projet porté par la municipalité actuelle

La création d'une police municipale est l'un des projets phares de la municipalité actuelle menée par Anne Hidalgo. Elle devrait être composée de 3400 agents, notamment issus de la Direction de la prévention de la sécurité et de la protection. Selon nos informations, la mairie de Paris travaille actuellement à changer le statut de ces derniers afin qu'ils soient requalifiés en "assistants de police judiciaire'" afin d'élargir leur champ d'actions et de verbalisations.

La police municipale aura trois missions principales. La première: garantir la propreté des rues en verbalisant les dépôts d'ordures, les jets de mégots, le vandalisme ou encore les épanchements d'urine. Sa deuxième mission sera de veiller à la tranquillité publique en agissant notamment contre le bruit dans les rues et espaces verts. Enfin, elle devra assurer la sécurité routière, notamment en veillant au respect des voies de bus et des pistes cyclables.

La mairie de Paris souhaite avoir une police municipale armée mais avec des engins non létaux. Les agents seront ainsi équipés d'un bâton de défense, de gaz lacrymogène et d'un gilet tactique.

  • Griveaux pour une police municipale armée

Ce lundi, Benjamin Griveaux, candidat LaREM à la mairie de Paris, a annoncé vouloir créer 5000 postes de policiers municipaux dans la capitale. Son objectif: qu'ils puissent "décharger la police nationale" de certaines missions qu'elle assure actuellement, notamment celles relatives à "la propreté, aux bruits, harcèlement de rue, vendeurs à la sauvette, aux rassemblements de rue, etc..."

Contrairement à la municipalité actuelle, Benjamin Griveaux veut que ces agents soient "armés d'arme de poing", c'est-à-dire, d'une arme létale. Selon son équipe contactée par BFM Paris, cela fait suite à des réunions avec des experts sur la sécurité et des responsables de la préfecture de police. "Les agents désarmés sont des cibles. J'assume complètement d'armer nos policiers municipaux. Je veux protéger ceux qui nous protègent", argumente Benjamin Griveaux. Et d'ajouter: "Chaque policier armé sera aussi doté d'une caméra piéton, cela permettra de voir comment se passent les interpellations".

  • Villani pour une police municipale divisée par quartier

Cédric Villani est lui aussi favorable à la création d'une police municipale. Selon lui, une meilleure sécurité passera par un travail à l'échelle des quartiers. C'est pourquoi il souhaite établir un maillage de 240 quartiers avec des policiers municipaux spécifiquement dédiés à chacun d'entre eux.

Le candidat souhaite pour cela recruter 1000 policiers municipaux formés en plus des 3500 déjà mobilisables, issus de la Direction de la prévention de la sécurité et de la protection.

  • "Ils doivent pouvoir se défendre", selon Gantzer 

Comme Benjamin Griveaux, Gaspard Gantzer, candidat indépendant du mouvement Parisiennes.Parisiens, plaide pour une police municipale armée. "Si on envoie ces agents dans des quartiers dangereux, ils doivent pouvoir se défendre pour assurer la sécurité des Parisiens", jugeait-il dans une interview au Figaro en septembre.

  • Bournazel veut des brigades dédiées à la propreté

Pour Pierre-Yves Bournazel, candidat indépendant, la police municipale doit être dédiée principalement à la lutte contre les incivilités. Il propose notamment de créer des brigades spécialisées sur l'environnement et l'entretien du domaine public. "Cette dernière sanctionnera le flagrant délit mais mènera aussi des enquêtes pour savoir qui est responsable de dépôts sauvages", expliquait-il sur notre antenne.

Il souhaite néanmoins que les agents soient armés. "Il faut que ces personnes soient formées au métier de policiers municipaux et à l'utilisation éventuelle de l'arme, même si leurs missions sont essentiellement des missions de prévention et de répression des incivilités et de la petite délinquance", affirmait-il par ailleurs.

  • Pour Belliard, une police municipale est "inutile"

Enfin, pour le candidat écologiste David Belliard, instaurer une police municipale est "inutile".

"C'est électoraliste et ça ne sert à rien", a-t-il martelé sur notre antenne fin septembre. "Je suis contre la police municipale, ça coûte de l'argent et ça rajoute des armes dans la rue. Aujourd'hui, nous avons besoin d'apaisement dans l'espace public, pas d'ajouter de l'armement." 

Il propose de mettre en place des brigades citoyennes en réquisitionnant, par exemple, les gardiens de square ou des médiateurs. 

Barthémély Bolo avec Cyrielle Cabot