BFMTV

Pôle Emploi : Un dysfonctionnement a amplifié le recul du chômage en août

le nombre de demandeurs d'emploi en catégories ABC aurait connu en août 2013 une diminution comprise entre 22.000 et 31.000 et non 50 000 comme indiqué auparavant.

le nombre de demandeurs d'emploi en catégories ABC aurait connu en août 2013 une diminution comprise entre 22.000 et 31.000 et non 50 000 comme indiqué auparavant. - -

Un dysfonctionnement des relances par SMS et messages vocaux de l'opérateur téléphonique SFR (Vivendi) aux demandeurs d'emploi explique une partie de l'importante baisse du nombre de chômeurs en août, ont annoncé lundi Pôle emploi et la Dares.

Des SMS non partis à l’origine des bons chiffres du chômage en aout ? C’est l’explication qui semble prévaloir ce lundi selon Pôle Emploi. En effet, l’opérateur téléphonique envoie régulièrement des sms de relance aux chômeurs inscrits à Pôle Emploi pour qu’ils n’oublient pas de réactualiser leur situation. Sauf qu’en ce mois d’aout 2013, un grand nombres de ces sms n’auraient pas atteints leur destination et se seraient sans doute perdus dans les limbes des ondes…

« Diminution comprise entre 22 000 et 31 000 »

Sans ce dysfonctionnement, « on peut estimer que le nombre de demandeurs d'emploi en catégories ABC aurait connu en août 2013 une diminution comprise entre 22 000 et 31 000 (soit entre -0,4% et -0,6%) ; pour la catégorie A, la diminution aurait été comprise entre 22 000 et 29 000 (soit entre -0,7% et -0,9%) », précisent-ils dans un communiqué. Les chiffres publiés la semaine dernière faisaient état d'une baisse de 1,3% du nombre de chômeurs en catégories A, B et C, soit 62.700 personnes, et de 1,5% pour la catégorie A, soit 50.000 personnes. « SFR a indiqué avoir rencontré une grave défaillance dans l'acheminement d'une partie des messages de relance (SMS et messages vocaux) aux demandeurs d'emploi lors de la campagne d'actualisation du mois d'août », poursuit le communiqué. « Pôle emploi déplore cet incident. Il présente ses excuses aux demandeurs d'emploi concernés et s'assure que cet incident n'a pas de conséquences pour eux notamment quant à leur indemnisation », ajoutent Pôle emploi et la Dares.

La rédaction