BFMTV

Plus un homme participe à la maison, plus il risque le divorce

-

- - -

Une étude norvégienne montre que plus un homme en fait à la maison, plus il risque le divorce. Mais il n'y aurait pas forcément de lien de causalité...

Plus les tâches ménagères sont réparties équitablement dans un couple, plus les risques de divorce sont élevés : c’est le résultat d’une étude de l'institut de recherche en sciences sociales Nova. Il explique que la proportion de divorces parmi les ménages qui partagent les tâches domestiques de manière équitable est environ 50% plus élevée que chez ceux où l'essentiel du travail est accompli par la femme.

Mais gare aux conclusions hâtives ! Pour les chercheurs, il n'y a aucun, ou presque aucun lien de causalité. Ils voient dans ce résultat plutôt un signe de la "modernité" des couples. "Les couples modernes le sont à la fois pour ce qui est de la répartition des tâches et dans leur perception sur le mariage", moins sacralisée, a expliqué l’auteur de l’étude, Thomas Hansen, soulignant qu'il s'agissait d'une question de "valeurs".

Les femmes moins dépendantes

"Dans ces couples modernes, les femmes ont aussi souvent un niveau d'éducation élevé et un emploi bien rémunéré, ce qui les rend moins dépendantes économiquement de leur mari. Elles peuvent donc s'en sortir plus facilement en cas de divorce", a-t-il ajouté. Tout en avouant : "On peut plus facilement se chamailler si on a les mêmes rôles et si on a le sentiment que l'autre ne fait pas sa part". De la chamaillerie au divorce, il n'y a qu'un pas ?