BFMTV

Plenel : « L'exigence démocratique du journaliste ? Le droit de savoir du citoyen »

Edwy Plenel, directeur de Médiapart, invité des Grandes Gueules ce mardi

Edwy Plenel, directeur de Médiapart, invité des Grandes Gueules ce mardi - -

Le directeur du site d'information Médiapart, invité des Grandes Gueules ce mardi, place la démocratie et la justice comme seule limite à l'information.

Edwy Plenel, vous êtes le directeur de Médiapart, site Internet d’information ayant révélé l’affaire Woerth Bettencourt… Vous menez un combat politique contre Nicolas Sarkozy ?

« Je suis dans un combat pour la démocratie, depuis trente ans que j’exerce ce métier. L’exigence démocratique du journaliste, c’est le droit de savoir du citoyen. Nos enregistrements sont versés dans le cadre d’une affaire judiciaire, ce sont des éléments de preuve. En tant que journalistes nous avons fait scrupuleusement notre travail en écartant tout ce qui concernait la vie privée. En ne rapportant que les éléments d’intérêt public qui concernait l’évasion fiscale. Grâce à nous l’Etat s’est enrichi, il a découvert une très forte évasion de 80 millions d’euros. Nous avons fait notre travail, c’est à la fois normal et légitime. C’est la fonction du journaliste de prendre ce risque–là. Ce n’était pas gagné nos batailles judiciaires, nous ont coûté de l’argent, de l’énergie

Que répondez–vous à tous ceux, nombreux, qui disent que Médiapart est allé trop loin, fait preuve d’acharnement dans l’affaire Woerth–Bettencourt. On a cité les précédents Bérégovoy, Salengro…

« J’ai fait ce métier sous trois présidents, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy… J’ai été apporteur de mauvaises nouvelles pour ces présidences, dans tous les cas de figure. Je suis habitué à ce que lorsqu’on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage. Vous dites qu’ils ont été nombreux ? Mais ce n’est pas vrai ! Nous avons entendu qui ? Un tout petit nombre, les harengères du Sarkozysme comme je les appelle : madame Morano, monsieur Estrosi, monsieur Ciotti, monsieur Hortefeux… C’est ça l’UMP ? C’est la majorité ? C’est ça l’ensemble des parlementaires, le visage de la droite française ? Je n’ai pas entendu monsieur Fillon… Sauf pour dire que nous faisions notre travail. Un journal qui dérange un pouvoir, fait son rôle de contre–pouvoir. Les révélations de Médiapart ont donné du courage à tout le monde. Depuis la presse s’est un peu réveillée. Médiapart est fait normalement, le support Internet ou papier ne fait pas la différence. C’est un journal de qualité, rigoureux, précis

Pour retrouver l'intégralité du podcast d'Edwy Plenel aux Grandes Gueules, cliquez ici

La rédaction de RMC