BFMTV

Orne : cambriolé 54 fois, un commerçant est poursuivi pour avoir tiré sur 2 malfaiteurs

-

- - -

Le cas de ce commerçant de l'Orne rappelle celui du bijoutier de Nice. Cambriolé 54 fois en 28 ans, Pascal Raubert a tiré sur deux malfaiteurs, le 26 juin dernier.

« Nous comprenons la colère » des commerçants a déclaré Manuel Valls à Nice, après la mort d'un braqueur, tué d'une balle dans le dos par le bijoutier qu'il venait d'agresser. Manuel Valls n'a jamais condamné l'acte du commerçant, mais avoué qu'il n'y a pas de recette miracle pour lutter contre les cambriolages.

Gros plan ce mercredi sur RMC, sur un cas presque identique. Dans l'Orne, à Saint-Julien-sur-Sarthe, un commerçant est poursuivi par la justice pour avoir tiré sur deux malfaiteurs qui voulaient le cambrioler en juin dernier. Les deux jeunes sont blessés, dont un gravement, le commerçant, lui, est sous contrôle judiciaire.

« Avec 54 cambriolages, je suis hors norme »

Passionné, Pascal Raubert a ouvert son magasin de moto il y a 28 ans, au bord de la nationale 12 dans l’Orne. Les affaires vont bien, mais le commerçant est victime de cambriolages à répétition, 54 au total : « En ville, on est cambriolé en moyenne tous les 4 ans. Mais moi, avec 54 cambriolages, je suis hors norme », déplore-t-il.

Les voleurs tentent tout : les cordes pour sauter du toit, les voitures béliers, et même les pelleteuses pour tout casser. Le 26 juin dernier, le commerçant craque : « 3 heures du matin, je suis venu avec une arme. Le véhicule m’a foncé dedans, le coup est parti », raconte-t-il.

Pascal Raubert est mis en examen, sous contrôle judiciaire, il doit signaler aux autorités son moindre déplacement hors du département. Une situation absurde pour Christophe de Balorre, le vice-président du Conseil Général de l'Orne : « La légitime défense c’est très flou. C’est à l’Etat d’assurer la protection. Ici il y a une démission de l’Etat »

Et malgré les vols à répétition, malgré une assurance qui grimpe à 30 000 euros par mois, le commerçant ne lâche rien : « Si j’arrêtais, ce serait un échec, les cambrioleurs auraient gagné ».

La Rédaction avec Thomas Chupin