BFMTV

"Nous sommes les victimes": Assa Traoré lance la mobilisation contre les violences policières

La soeur d'Adama Traoré, décédé en 2016 après une interpellation par les gendarmes, s'est exprimée avant le début de la manifestation contre les violences policières.

Le comité Adama Traoré appelle à nouveau à manifester contre les violences policières ce samedi. En amont d'un défile à Paris entre la place de la République et celle de l'Opéra, Assa Traoré, la sœur de ce jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes, a déclaré qu'il s'agissait d'un "rassemblement pour dénoncer le déni de justice".

"Aujourd'hui, c'est un rassemblement pour dénoncer la violence policière. Aujourd'hui, c'est un rassemblement pour dénoncer la violence sociale. Aujourd'hui, c'est un rassemblement pour dénoncer la violence raciale", a ajouté la militante antiraciste. 

La sœur d'Adama Traoré, a également évoqué la mort aux États-Unis de George Floyd, un Afro-américain asphyxié le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc. Une mort, qui fait selon elle "écho" à celle de son frère.

Assa Traoré a fait état d'une "victoire": "Depuis le 2 juin (date de la précédente manifestation du Comité Adama à Paris, ndlr) la France reconnaît qu'il y a du racisme, dans la police française, dans la gendarmerie française. (...) Ce n'est pas un cadeau qu'ils nous ont fait, on a fait en sorte qu'ils reconnaissent le racisme."

"Aujourd'hui nous sommes les victimes, n'inversons pas les rôles", a par ailleurs déclaré la militante en marge de la manifestation.

Plusieurs rassemblements ce samedi en France

Des milliers de manifestants sont de nouveau attendus samedi contre le racisme et les violences policières dans toutes les grandes villes de France, sur fond de colère chez les forces de l'ordre et à la veille d'une allocution du président Emmanuel Macron.

Le plus gros défilé, qui reliera à Paris la place de la République à celle de l'Opéra, est organisé à l'appel du comité Adama Traoré, jeune homme noir mort en juillet 2016 après son interpellation par des gendarmes en région parisienne. Pour parer à d'éventuels débordements, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a demandé la fermeture des commerces et restaurants situés sur le parcours.

Après des années d'un militantisme souvent confiné à la banlieue, le comité Adama, qui a réussi à mobiliser 20.000 personnes le 2 juin devant le tribunal judiciaire de Paris, s'est imposé comme le fer de lance de la lutte contre les violences policières. Son discours s'est politisé et élargi, de la dénonciation de violences policières à celle d'un "racisme systémique", trouvant un écho puissant après la mort de George Floyd, un Afro-américain tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc, qui a suscité une vague planétaire d'indignation.

Hugues Garnier