BFMTV

Patrimoine: elle se rase la tête pour sauver un bâtiment en Haute-Loire

BFMTV

La présidente d'une association pour la sauvegarde du patrimoine de la commune de Langeac s'est rasé la tête pour faire annuler un permis de construire prévoyant de transformer une ancienne école communale délabrée, qu'elle considère comme un emblème du patrimoine local.

La tête rasée et les tempes peinturées d'un "Non" aux couleurs du drapeau français, Geneviève Fustier, 77 ans, distribuait mardi des tracts devant la préfecture du Puy-en-Velay pour dénoncer "la mise à mort" programmée d'une vieille bâtisse de la commune, construite en tuf volcanique - une roche de couleur ocre et brune - et contre laquelle elle milite depuis 2012 à la mairie.

Après plusieurs mois de lutte contre la mairie, qui a obtenu pour ce projet l'accord de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et de l'architecte des bâtiments de France du département de la Haute-Loire, l'association de Geneviève Fustier a déposé un recours devant le Tribunal administratif pour faire annuler ce permis de construire "inique" et "entaché d'illégalités".

Selon la municipalité, le projet actuel "respecte les réglementations en vigueur", et les futurs travaux devraient également "embellir ce bâtiment d'architecture austère".

M.G. avec AFP