BFMTV

Marseille: ils bloquent un chantier pour obtenir un emploi

Des jeunes gens bloquent le chantier situé en face de la cité Félix-Pyat, lundi, dans le 3e arrondissement de Marseille.

Des jeunes gens bloquent le chantier situé en face de la cité Félix-Pyat, lundi, dans le 3e arrondissement de Marseille. - -

Des habitants ont commencé à bloquer l'accès à un vaste chantier du 3e arrondissement de la cité phocéenne. Ils réclament au promoteur d'embaucher des jeunes du quartier, en proie à un taux de chômage élevé.

Un blocage pour du travail. Lundi matin, des jeunes gens de la cité Félix-Pyat, dans le 3e arrondissement de Marseille, ont empêché les ouvriers d'accéder au vaste chantier situé depuis l'automne en face de leurs immeubles. Confrontés au chômage de masse, ils protestaient ainsi contre l'indifférence du promoteur à leurs demandes répétées d'embauche.

Le chantier, qui appartient au groupe immobilier Nexity, a démarré à l'automne. Il doit fournir à terme un millier de logements au quartier populaire de Saint-Mauront, dans le 3e arrondissement de Marseille. Sur ce type de chantier de rénovation urbaine, 5% des heures travaillées doivent en principe profiter aux travailleurs des zones urbaines sensibles. Mais selon les habitants du quartier, ce projet à 70 millions d'euros n'emploie aucun jeune du quartier.

"On cherche tous du travail"

A la mi-journée, ils étaient une petite vingtaine, riverains et militants, à empêcher l'accès au chantier. Parmi eux Eddy, un jeune homme du quartier venu avec ses diplômes. "J'ai un BEP et un bac pro. Certains ont des diplômes, pas tous, mais on cherche tous du travail", pointe-t-il entre colère et désespoir. "Tout le monde a déposé des CV, ils n'ont jamais répondu parce que soit-disant, personne n'a de CAP", renchérit Chakir, un autre habitant de la cité.

Des militants associatifs sont venus les soutenir. Comme Soraya, membre du Collectif des quartier populaire de Marseille. "Ils se demandent pourquoi aujourd'hui, on ne leur donne pas le droit à l'emploi. Nous avons demandé à rencontrer les patrons, mais personne n'a voulu nous donner de réponse", témoigne-t-elle.

La mairie veut "faciliter un accord"

Du côté de la mairie de Marseille, on promet que l'on va "faciliter un accord" entre les "différentes parties". "Je crois que c'est la meilleure solution", indique Laurent Blum, le premier adjoint UMP au maire de Marseille. Dans l'attente d'une table ronde, les jeunes de la cité Félix-Pyat se sont dit déterminés à continuer leur blocage.

M. T. avec Sophie Hébrard