BFMTV

Loi Travail: des casseurs s'en prennent à l'hôpital Necker

Des vitres de l'hôpital Necker pour enfants ont été brisées.

Des vitres de l'hôpital Necker pour enfants ont été brisées. - Dominique Faget - AFP

Des casseurs ont pris pour cible l'hôpital Necker, qui se trouvait sur le parcours de la manifestation parisienne contre la loi Travail mardi. L'AP-HP a décidé de porter plainte.

Au moins 21 interpellations, des canons à eau utilisés par les forces de l'ordre, des jets de pierre et de pavés lancés contre les policiers... La manifestation contre la loi Travail à Paris, qui a réuni un million de personnes selon les syndicats, a connu son lot d'incidents. Des casseurs s'en sont pris à l'hôpital Necker situé sur le parcours de la manifestation qui a rejoint la place d'Italie aux Invalides. L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (APHP) a annoncé son intention de porter plainte alors que "quinze baies vitrées" ont été cassées. Qualifiant ses incidents d'"inadmissibles".

Le parcours émaillé de nombreux incidents dont notamment des heurts à la station de métro Duroc, dans le XVe arrondissement, situé devant les murs de l'hôpital Necker, un centre hospitalier pour enfants. Cagoulés et vêtus de noir, munis de barre de fer ou de masse, des casseurs ont brisé les vitres du rez-de-chaussée du bâtiment. Un bus a également été éventré, rapporte plusieurs journalistes sur place.

"Attaque insupportable"

Ces attaques d'un petit groupe d'individus ont été vivement dénoncées par la ministre de la Santé. Marisol Touraine a qualifié une "attaque insupportable". "Honteux, poursuit-elle. Mon soutien aux professionnels de santé mobilisés auprès des patients." L'hôpital Necker, spécialisé dans la prise en charge des enfants, accueille notamment le petit garçon du couple de policiers assassiné lundi soir à Magnanville, hospitalisé au service psychiatrie.

La ministre s'est ensuite rendue sur place. 

D'autres politiques ont également exprimé leur colère face à ces incidents. Le vice-président du Front national, Florian Philippot a lui assuré que "les casseurs d'extrême-gauche sont dans la plus abjecte inhumanité".

J.C.