BFMTV

Les Bonnets rouges ont rassemblé entre 17.000 et 40.000 personnes à Carhaix

Les organisateurs annoncent plus de 30.000 Bonnets rouges à Carhaix le 30 novembre 2013.

Les organisateurs annoncent plus de 30.000 Bonnets rouges à Carhaix le 30 novembre 2013. - -

La gendarmerie a elle dénombré entre 10.000 et 15.000 personnes en milieu d'après-midi tout en précisant que des personnes continuaient à arriver.

Les Bonnets rouges sont parvenus à mobiliser samedi "plus de 40.000 personnes" à Carhaix (Finistère), a déclaré leur porte-parole Christian Troadec, qui a évoqué une "très très grande réussite" pour le mouvement contre l'écotaxe et pour l'emploi en Bretagne.

Le rassemblement a réuni "au plus fort 17.000 personnes", selon la préfecture du Finistère.

Des milliers de personnes, la plupart un bonnet rouge sur la tête et un drapeau breton à la main, mais aussi des dizaines de tracteurs et de camions, tous feux et gyrophares allumés, ont afflué depuis le milieu de journée vers le site du festival des Vieilles Charrues, une vaste prairie bordée d'arbres aux portes de la petite ville de 8.000 habitants.

"Nous voici ici aujourd'hui à Carhaix encore plus nombreux"

"Après Quimper où nous étions plus de 30.000, nous voici ici aujourd'hui à Carhaix encore plus nombreux", a affirmé Christian Troadec, maire DVG de Carhaix et cofondateur du festival des Vieilles Charrues, avant de préciser "entre 30.000 et 35.000" en prenant la parole devant la foule. La gendarmerie a elle dénombré entre 10.000 et 15.000 personnes en milieu d'après-midi tout en précisant que des personnes continuaient à arriver.

"J'invite aujourd'hui le président de la Republique, Francois Hollande -qui pour le moment n'a pas dit un mot sur ce qui se passe en Bretagne- à venir entendre ce que nous avons à lui dire", a lancé le leader du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne", un mouvement hétéroclite qui réunit des petits patrons aux ouvriers et qui a emprunté le symbole de la révolte antifiscale bretonne de 1675.

L'enjeu: la mobilisation

"On a un défilé impressionnant de tracteurs et camions dans un vacarme de klaxons de gens qui ont envie de se faire entendre jusqu'à Paris", a assuré Christian Troadec, maire DVG de Carhaix et cofondateur du festival des Vieilles Charrues. Il est le leader du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne", un mouvement hétéroclite qui réunit petits patrons, commerçants, artisans, transporteurs, ouvriers, agriculteurs, pêcheurs ou simples citoyens, et qui a emprunté le symbole de la révolte antifiscale bretonne de 1675.

Les syndicats de salariés, qui se sont désolidarisés des Bonnets rouges, ont défilé samedi dernier dans quatre villes de Bretagne, mais n'ont pas rassemblé plus de 13.000 personnes.

Parmi les artistes à l'affiche, Gilles Servat, chanteur et poète breton engagé de longue date en faveur de l'identité bretonne et auteur de "La Blanche Hermine", hymne officieux de la Bretagne qui avait galvanisé une partie de la foule à Quimper. Bien d'autres artistes bretons sont de la partie, dont des dizaines de sonneurs qui ouvriront le défilé en direction du centre ville à partir de 16 heures.

A.D. avec AFP