BFMTV

En colère, les proches de Laëtitia veulent la retrouver

Alors que Laëtitia, disparue la semaine dernière près de Pornic, reste introuvable, ses proches s'activent pour tenter de la retrouver. Selon les enquêteurs, le décès de la jeune femme est aujourd'hui probable.

Alors que Laëtitia, disparue la semaine dernière près de Pornic, reste introuvable, ses proches s'activent pour tenter de la retrouver. Selon les enquêteurs, le décès de la jeune femme est aujourd'hui probable. - -

Après l'incarcération du principal suspect dans la disparition de Laëtitia la semaine dernière à Pornic et la garde à vue d'un deuxième homme, les proches de la jeune femme s'activent pour tenter eux-mêmes de la retrouver.

Alors que, de l'aveu même des enquêteurs, le décès de la jeune Laëtitia est aujourd'hui « probable », ses proches s'impatientent face aux vaines recherches entreprises par les gendarmes.

Dimanche, les enquêteurs qui tentent depuis plusieurs jours de retrouver la jeune femme disparue la semaine dernière près de Pornic (Loire-Atlantique), ont ratissé sans succès une nouvelle zone proche de la caravane où réside le principal suspect Tony Meilhon. Ce dernier, toujours quasi-muet, a été incarcéré et mis en examen ce week-end. Un deuxième homme, vu en sa compagnie le soir de la disparition, était toujours dimanche soir en garde à vue.

Même s'ils n'ont presque aucun espoir de la retrouver en vie, les proches de la jeune femme s'activent désormais sur le terrain pour faire avancer les recherches et tenter de retrouver sa trace. Franck Perrais, le père biologique de Laëtitia témoigne sur RMC.

« J'essaie de trouver au moins son corps... »

« J'essaie de chercher par moi-même n'importe quel truc, des preuves. Trouver au moins son corps. Je suis allé dans des lieux abandonnés, dans des caravanes, partout, pour voir s'il n'y avait pas le cadavre de ma fille. Ça fait mal. Pour l'instant, j'y crois pas. Mais à un moment ou un autre, ça va tomber de toutes façons. Ça va faire mal. On sait que c'est un marginal [NDLR: Tony Meilhon] et qu'il a fait des conneries et des conneries. Il n'aurait jamais dû sortir de prison. C'est grave quand même ».

« La gendarmerie ne nous dit rien, on est perdus... »

L'oncle de Laëtitia, Stéphane, participe aussi à ces recherches parallèles dans le secteur de la disparition. « On passe les journées ici à poser des affiches, à poser des questions, à voir si on peut pas trouver des preuves. Trouver quelque chose, quoi, une trace... La gendarmerie ne nous dit rien donc on est perdus, on essaie par nous-même de trouver quelque chose, parce qu'il y en a marre de rester comme ça sans nouvelle, sans rien. C'est dur, c'est fatiguant. On en a ras-le-bol. Il faut qu'on trouve ».