BFMTV

Ecotaxe: les "bonnets rouges" redescendent dans la rue en Bretagne

Manifestation contre l'écotaxe en novembre 2013 à Châteauneuf-les-Martigues, près de Marseille.

Manifestation contre l'écotaxe en novembre 2013 à Châteauneuf-les-Martigues, près de Marseille. - -

Plusieurs centaines de manifestants ont manifesté samedi près du portique écotaxe de Brec'h, entre Vannes et Lorient. Quatre personnes ont été blessées, trois autres interpellées.

Plusieurs centaines de "bonnets rouges" - 250, selon la gendarmerie, jusqu'à un millier, selon les organisateurs - ont manifesté samedi à proximité du portique écotaxe de Brec'h, entre Vannes et Lorient (Morbihan). La circulation sur la Nationale 165 devait être rétablie dans la nuit.

Quatre personnes, dont un membre de forces de l'ordre, ont été blessées, et trois manifestants ont été interpellés dont un placé en garde à vue, selon la gendarmerie.

Au cours d'un après-midi tendu, les manifestants, qui se sont dispersés peu avant 19h, ont lancé des fusées de détresse et des oeufs sur les forces de l'ordre empêchant l'accès au portique et ces derniers ont riposté par des grenades lacrymogènes.

"Le mouvement est loin de s'essoufler"

Les forces de l'ordre avaient bouclé le secteur, empêchant les journalistes d'accéder au site en cours d'après-midi, ont constaté un photographe et un vidéaste de l'AFP qui se sont fait refouler.

La RN 165 avait été fermée préventivement à la circulation par les forces de l'ordre et des déviations mises en place. Selon la gendarmerie, la circulation devait être normalement rétablie sur cette route "après travaux, en deuxième partie de nuit".

"On voulait que ce soit pacifique, mais comme les forces de l'ordre empêchaient les gens d'approcher, ça a énervé tout le monde", a commenté Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère et l'un des principaux animateurs du collectif "Vivre, décider et travailler en Bretagne", à l'origine du mouvement des Bonnets rouges.

"On espère que le gouvernement a compris que le mouvement des Bonnets rouges est loin de s'essouffler, poursuit-il. On a encore entendu les propos de (Jean-Marc) Ayrault et de (Frédéric) Cuvillier (ministre des Transports) sur l'écotaxe, et on n'en veut pas. Maintenant, on attend le 8 mars et on espère que le gouvernement va adopter une autre position".

A. K. avec AFP