BFMTV

Bonnets rouges: "Les Bretons se sentent méprisés et dédaignés"

Comme ici à Nantes, des rassemblements sont prévus samedi dans 18 villes de Bretagne et de Loire-Atlantique.

Comme ici à Nantes, des rassemblements sont prévus samedi dans 18 villes de Bretagne et de Loire-Atlantique. - -

Rassemblés dans plusieurs villes de l'Ouest, samedi, ils redemandent à François Hollande de venir écouter leurs doléances.

Quelques centaines de personnes participaient samedi dans plusieurs villes de l'Ouest aux pique-niques organisés par les Bonnets rouges pour défendre l'économie et l'emploi, Thierry Merret, l'un de leurs porte-parole, soulignant que les Bretons se "sentent méprisés et dédaignés" et redemandant à François Hollande de venir écouter leurs doléances.

"Ce que l'on demande, c'est qu'on soit écouté. On a écrit à (François) Hollande le 4 avril et il nous a répondu fin avril: 'Je transmets au nouveau Premier ministre'", a déclaré Thierry Merret, en arrivant au pique-nique de Quimper.

15.000 doléances

"Depuis, on n'a rien comme information. On sent que les Bretons et les Bretonnes se sentent méprisés et dédaignés, et ça c'est insupportable. Donc on demande toujours à ce que François Hollande vienne ici pour nous écouter parce que nos avons des propositions à faire très concrètes", a-t-il ajouté.

Le collectif "Vivre, décider et travailler au pays", à l'origine du mouvement des Bonnets rouges à l'automne, a présenté début mars onze revendications, issues des quelque 15.000 doléances provenant de la cinquantaine de comités locaux. Parmi celles-ci, les quatre revendications fondatrices du mouvement: la suppression définitive de l'écotaxe, la fin du dumping social et de "l'avalanche de normes et contraintes administratives", ainsi que la relocalisation des décisions dans la région.

Une centaine de personnes, bonnets rouges sur la tête, drapeaux bretons au vent, participaient au pique-nique à Quimper, où un important dispositif des forces de l'ordre a été déployé. Les accès à la préfecture étaient bloqués par des grilles, une "provocation" selon Thierry Merret.

"Nantes est bretonne"

A Morlaix (Finistère), une centaine de personnes également étaient rassemblées pour le pique-nique. La sous-préfecture était protégée par des forces de l'ordre.

A Nantes, le rassemblement a commencé doucement. Une trentaine de militants avec drapeaux et bonnets rouges se sont positionnés sur les marches de la préfecture de Loire-Atlantique. Ils ont scandé: "Naoned e Breizh!" (Nantes est bretonne) et chanté l'hymne breton.

A Vannes, une quarantaine de personnes ont organisé un barbecue face à la préfecture du Morbihan,. Les manifestants ont dressé des panneaux vierges pour inciter les passants à laisser des messages à destination des pouvoirs publics.

Au total, des rassemblements étaient prévus dans 18 villes de Bretagne et de Loire-Atlantique.

C.P. avec AFP