BFMTV

Plus de 131.000 logements sociaux construits en 2010

Grues sur des chantiers à Marseille. Plus de 131.000 logements sociaux ont été construits en 2010, un record selon le gouvernement, mais un chiffre qui ne satisfait pas les associations de mal logés. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier

Grues sur des chantiers à Marseille. Plus de 131.000 logements sociaux ont été construits en 2010, un record selon le gouvernement, mais un chiffre qui ne satisfait pas les associations de mal logés. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier - -

PARIS (Reuters) - Plus de 131.000 logements sociaux ont été construits en 2010 en France, un "record absolu" dont s'est félicité jeudi le...

PARIS (Reuters) - Plus de 131.000 logements sociaux ont été construits en 2010 en France, un "record absolu" dont s'est félicité jeudi le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu.

Ce chiffre ne satisfait ni le Parti socialiste, qui met en avant les "1,2 million de personnes qui attendent un logement social", ni les associations de mal-logés, qui dénoncent les "dizaines de milliers" de logements sociaux vendus ou démolis chaque année.

"Entre 1978 et 2003, droite, gauche confondues, on en faisait en moyenne 50.000 par an", a déclaré Benoist Apparu sur Europe 1. "Depuis 2004, on en fait 100.000 par an, cette année, 131.509, c'est le record absolu depuis 30 ans."

Benoist Apparu s'est félicité que ces logements sociaux aient été construits dans des villes où les besoins sont grands.

"Avant, à peine un quart des logements sociaux étaient bâtis dans des régions type Ile-de-France, où on a un vrai besoin de construction. En deux ans, nous sommes passés de 25% à 33% de logements sociaux financés dans ces régions-là", a-t-il dit.

Interrogé sur l'obligation de 20% de logements sociaux imposée aux communes de plus de 3.500 habitants par la loi, Benoist Apparu a reconnu qu'elle n'était pas toujours respectée.

Il a par ailleurs opposé une fin de non-recevoir à la demande du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, réclamant un effort de la part de l'Etat pour parvenir à franchir la barre des 20% de logements sociaux dans la capitale, contre 17% actuellement.

"PAS GRANDE SIGNIFICATION"

"L'Etat aide la mairie de Paris. Nous donnons 20% de tous les crédits d'Etat exclusivement à la Ville de Paris alors qu'elle produit 6% des logements sociaux", a-t-il dit.

Pour Nathalie Perrin-Gilbert, secrétaire nationale au Logement du PS, l'annonce de la création de 131.000 logements sociaux en 2010 "n'a pas grande signification".

"Ce chiffre est à mettre au regard des 1,2 million de personnes qui attendent un logement social", écrit-elle dans un communiqué.

Elle demande que soit précisée la nature des logements construits "car sous le terme de 'logement social' se trouvent des réalités très différentes, y compris du logement qui n'a de 'social' que le nom et dont les loyers sont encore inabordables pour la grande majorité de nos concitoyens".

Pour le Collectif des mal-logés en colère, le problème du logement reste entier.

"Le ministère passe sous silence les dizaines de milliers de logements sociaux vendus chaque année, et les centaines de milliers d'appartements démolis par l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine-NDLR) depuis le début des années 2000", dit-il dans un communiqué.

"Les élus font comme si la spéculation immobilière n'existait pas, comme si en dix ans les logements du parc privé à bas prix n'avaient pas totalement disparu. Le chiffre de 3,5 millions de mal logés n'existe tout simplement pas à leurs yeux", ajoute le collectif.

Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser