BFMTV

Droit au Logement opposable : théorie contre pratiques

Les membres de l'association "Les Enfants de Don Quichotte" sillonnent actuellement la France pour informer et mobiliser les mal-logés sur le Droit au Logement Opposable.

Les membres de l'association "Les Enfants de Don Quichotte" sillonnent actuellement la France pour informer et mobiliser les mal-logés sur le Droit au Logement Opposable. - -

L’association Droit au Logement a terminé son Tour de France et dénonce la non-application du Droit au Logement Opposable (DALO).

La caravane de l'association Droit au Logement a terminé ce dimanche à Neuilly-sur-Seine son Tour de France pour dénoncer le mal logement. L'association demande le retrait du projet de loi Boutin, examinée actuellement au parlement. Mais cette tournée à travers la France a permis de se rendre compte que le droit au logement opposable (DALO) pour les plus démunis n'est toujours pas appliqué dans les faits.

Exemple avec Silma, qui habite dans un appartement insalubre à Paris avec ses 3 enfants. Elle a obtenu de la préfecture le droit au logement opposable en mars dernier, mais on ne lui propose aucune solution de relogement. Elle témoigne : « Ils doivent me reloger le plus rapidement possible, on est 4 personnes dans un studio de 22m². Imaginez entre les lits, l'armoire, on a 1m² pour tourner en rond. Le plafond est effondré, c'est insalubre, invivable avec les souris, les cafards. J'ai eu l'avis favorable avec le DALO depuis 6 mois, mais je n'ai reçu aucune proposition ».

Même situation alarmante avec Dany, qui habite Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) dans un appartement HLM avec ses 5 enfants. Elle est menacée d'expulsion et pourtant le préfet lui a accordé le droit au logement opposable : « Je suis maman de 5 enfants et je suis dans un appartement sans droit ni titre. J'ai eu une réponse favorable du préfet des Pyrénées Atlantiques qui disait au parc HLM de trouver une solution. Le préfet m'a donné le droit de rester dans cet appartement, et surtout de cesser les mesures d'expulsion. Mais ça continue... Sur les Pyrénées Atlantiques, la loi DALO ne fonctionne vraiment pas : on a 16 cas qui ont eu des accords favorables, le préfet a dit "Stop, vous logez ces 16 familles". A l'heure actuelle, ils n'ont toujours pas été logés ».

A noter qu'en parallèle, plusieurs associations (Fondation Abbé Pierre, Enfants de Don Quichotte, Secours Catholique) sillonnent actuellement la France pour informer et mobiliser les mal-logés sur le DALO.

La rédaction et Yannick Olland