BFMTV

Lille: une maison vétuste s'effondre, une mère et son enfant tués

Une maison s'est effondrée lundi soir à Lille. (Photo d'illustration)

Une maison s'est effondrée lundi soir à Lille. (Photo d'illustration) - Philippe Huguen - AFP

Une mère et son enfant ont été retrouvés morts après l'effondrement de leur maison lundi soir, dans un quartier populaire de Lille. Les pompiers ont évoqué "la vétusté" de l'habitation pour expliquer le drame.

Après le drame de Rosny-sous-Bois, une autre habitation s'est effondrée, emportant ses occupants. Une maison vétuste à Lille, où résidaient une femme et son enfant, s'est écroulée lundi soir. Leurs corps ont été retrouvés en fin de soirée dans les décombres.

Cette mère d'une trentaine d'années et son enfant de 3 ans étaient les occupants habituels de cette petite maison d'un étage, qui s'est effondrée vers 18h30, à Fives, quartier populaire de Lille, dans l'Est de la ville.

Le chien des sapeurs-pompiers a marqué un arrêt, alors que les secours tentaient de déterminer s'il y avait des victimes dans les gravats, où seules quelques poutrelles métalliques subsistaient. "Ils sont tous les deux décédés", a confirmé Frédéric Delcroix, directeur de permanence du service d'incendie et de secours.

Martine Aubry sur place

Selon les témoignages et appels au secours, aucune explosion n'a été entendue avant ni au moment de l'effondrement. "Il n'y a pas de gaz et il n'y a pas d'explosion", a confirmé Frédéric Delcroix, qui a évoqué la "vétusté" du bâtiment. La maison avait été "fragilisée" dans le passé et un étaiement avait été posé dans les années 1990, selon ses informations.

La femme et l'enfant habitaient l'appartement au premier étage au-dessus d'un café-restaurant fermé depuis plusieurs années. "La maison avait été renforcée dans les années 1990, quand une voiture était rentrée dans le café au coin", a expliqué la maire de Lille Martine Aubry, présente sur place, à la presse. "On a beaucoup d'affaires d'immeubles insalubres dans ce quartier mais aucune procédure n'était en cours pour celle-ci", a-t-elle ajouté.

Une soixantaine de pompiers étaient présents sur les lieux. "Ma tante habitait là depuis un mois avec son petit", a déclaré Mohamed Bouraki, neveu du propriétaire de la maison et père de l'enfant, actuellement en déplacement au Maroc. "La porte était entrouverte. Elle la laissait souvent entrouverte pour que le petit puisse jouer dehors", a-t-il expliqué avant la découverte des corps, s'accrochant alors à une "lueur d'espoir".

C. P. avec AFP