BFMTV

Les techniques prévues par la PMA

-

- - -

L’amendement sur la procréation médicalement assistée ne figurera pas dans le projet de loi sur le mariage homosexuel. Il devrait être intégré au futur projet de loi sur la famille. Rappel des différentes techniques qui permettent la procréation médicalement assistée.

L'élargissement des conditions d'accès à la PMA ne fera pas l'objet d'un amendement dans la loi instituant le mariage pour tous. Les députés devraient cependant l'intégrer dans un texte sur la famille au mois de mars. Mais de quoi parle-t-on lorsque l’on évoque la PMA ?

La procréation médicalement assistée, aussi appelée aide médicale à la procréation, englobe toutes les techniques permettant la conception en dehors du processus naturel. C’est ainsi que la définit la première loi bioéthique de 1994.

La fécondation in vitro

La procréation médicalement assistée comporte la fécondation in vitro : c’est-à-dire une stimulation ovarienne avec prélèvement d’ovocyte et fécondation par spermatozoïde en laboratoire.

Elle peut être faite par mise en présence ou par injection directement du spermatozoïde dans l’ovule, puis implantation d’un à trois embryons dans l’utérus.

L'insémination artificielle

L’insémination artificielle fait aussi partie de la procréation médicalement assistée mais la fécondation a lieu dans le corps de la femme. Le sperme peut provenir d’un don anonyme.

La congélation de sperme, d’échantillons d’ovaires ou d’embryons peut être utilisée dans le cas d’une maladie dont le traitement provoque l’infertilité.

En France ces techniques sont encadrées par les lois bioéthiques de 1994, 2004 et 2011. Le législateur autorise leur utilisation pour un couple marié ou non, formé d’un homme et d’une femme en âge de procréer, et qui se trouve face à une infertilité médicalement constatée.

Elise Maillard