BFMTV

Les Parisiens pourront se baigner dans le lac Daumesnil en 2019

La mairie de Paris veut créer un espace de baignade dans le lac Daumesnil.

La mairie de Paris veut créer un espace de baignade dans le lac Daumesnil. - Green Concept

Le Conseil de Paris a voté ce mercredi en faveur du projet de baignade naturelle dans le lac Daumesnil, situé au Bois de Vincennes. Des élus ont toutefois souligné leurs inquiétudes quant à l’impact écologique du projet.

Les Parisiens auront un nouveau lieu de baignade d'ici 2019. La mairie de Paris a validé ce mercredi le projet d'aménagement d'une baignade publique et gratuite dans le lac Daumesnil, au coeur du Bois de Vincennes d'ici 2019.

Ce projet, intégré au plan "Nager à Paris" prévoit la création d'une aire de baignade naturelle de 8.000 m2 divisée en trois zones de profondeur différentes avec une période d'ouverture de mi-juin à mi-septembre. La municipalité prévoit une capacité d'accueil simultané de 1.000 personnes et jusqu'à 2.200 baigneurs par jour, pour atteindre une fréquentation saisonnière de 75.000 personnes. 

Si les élus au Conseil de Paris ont unanimement souligné "le beau projet" de baignade au lac Daumesnil qui permettra aux familles de venir se baigner, plusieurs d'entre eux se sont inquiétés des conséquences écologiques du projet en s'appuyant sur un rapport de la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (DRIEE). Dans ce rapport, il est notamment fait mention d'un projet qui "minimise les répercussions sur le site du lac Daumesnil". Sont notamment visés, les bassins filtrants que souhaite mettre en place la mairie de Paris qui pourraient constituer un "dommage" à ce site classé.

"Les impacts écologiques ne sont pas si anodins"

L'impact des équipements et de la fréquentation du lieu inquiète aussi la direction régionale sur la préservation des arbres de l'île de Bercy, classés "arbres remarquables de France".

"Il s'avère que les impacts écologiques ne sont pas si anodins que prévus. Vous passez votre temps à minimiser les impacts, il n'y a pas de honte à admettre que le projet est plus complexe que prévu", a regretté Valérie Montandon, élue LR du 12e arrondissement, réclamant davantage d'informations sur ces impacts écologiques.

Tout en soutenant le projet, le groupe écologiste s'est lui aussi inquiété du compte rendu de la DRIEE et réclamé "un comité de suivi" pour "tirer les conséquences du projet" sur le Bois de Vincennes. 

Filtration de l'eau "par les plantes"

L'exécutif parisien a lui défendu son projet et son souci de préserver les lieux. "Il s'agit d'une baignade naturelle, écologique et saisonnière, l'eau sera filtrée par des plantes", a précisé la maire du 12e, Catherine Baratti-Elbaz. 4.200 m2 d'espaces seront aussi revégétalisés. "La plantation de nouveaux arbres ou l'installation de deux bassins filtrants constituant des puits des puits de biodiversité", a ajouté l'élue socialiste. 

Ce projet fait suite à l'ouverture du bassin de la Villette à la baignade pour la première fois cet été. Il préfigure aussi la volonté de la municipalité de parvenir à une baignade dans la Seine à l'horizon 2024, date coïncidant avec les Jeux olympiques organisés à Paris. 

Carole Blanchard