BFMTV

"Les fesses peuvent encore être subversives"

"Comparées à un pénis, les fesses ne sont pas si provocatrices que ça mais elles peuvent encore être très subversives, avoir un rôle politique."

"Comparées à un pénis, les fesses ne sont pas si provocatrices que ça mais elles peuvent encore être très subversives, avoir un rôle politique." - -

De l'antiquité à Miley Cyrus, les fesses posent questions. Pourquoi dérangent-elles? Que racontent-elles de notre société? Quelle perception en avons-nous? Le sociologue et directeur de recherches au CNRS Jean-Claude Kaufmann sort "La guerre des fesses". Entretien.

"Et mes fesses, tu les aimes mes fesses?" Cette réplique culte de Brigitte Bardot dans Le Mépris de Jean-Luc Godard, n'est peut-être pas aussi anodine qu'il y paraît. Les fesses sont un objet de désir comme de complexes, et au fil du temps, elles se sont dévoilées ou cachées, dictées par des codes sociaux et des modes.

Jean-Claude Kaufmann, sociologue et directeur de recherches au CNRS, publie aux éditions JCLattès La guerre des fesses. Dans les formes, il scrute l'intime de notre vie et décrypte nos comportements. Entretien.

Qu'est-ce que de belles fesses?

La beauté est multiple, pour autant la société définit un classement avec des codes. Jusqu'ici ce code imposait la minceur où la seule protubérance était la poitrine mais une contre-culture de formes généreuses émerge actuellement.

Plus généralement, la belle fesse aujourd'hui est une fesse arrondie, galbée, en rupture avec une cuisse mince. Mais cela n'a bien sûr rien de naturel…

Justement, moins connue que l'opération esthétique des seins, celle des fesses est également pratiquée. En 2010, 44.000 liposuccions des fesses ont été réalisées en France. Comment l'expliquez-vous?

En France, la chirurgie des fesses la plus commune est effectivement la liposuccion, c’est-à-dire la diminution en certains endroits des formes, mais c'est aussi parfois juste pour les remonter ou pour les élargir.

On veut correspondre à un modèle mais en réalité, il y a deux modèles qui s'opposent. Les femmes qui veulent des fesses plates et celles qui en veulent des plus rebondies. En Europe, derrière les canons de la beauté il y a la maîtrise, le contrôle de soi avec la finesse. En Amérique Latine et en Afrique, il y a plus de sensibilité, d'émotions et de désir de vie qui se traduit par des fesses plus rondes.

Selon vous, c'est un problème essentiellement féminin?

Pour les femmes, c'est une vraie obsession, elles ont une vision très critique de leurs fesses, elles se sentent jugées.

Plus que pour les seins?

On ne peut pas faire de comparaison entre les seins et les fesses, ce n'est pas pareil. En France les seins se dénudent à la plage depuis des années… En revanche, les fesses dans l'histoire de notre société sont mal vues parce qu'il y a des allusions sexuelles et des connotations physiologiques peu ragoûtantes. Aujourd'hui, les fesses se banalisent, on en parle avec plus de facilité, de légèreté.

Entre le calendrier des Dieux du Stade et l'exposition au musée d'Orsay sur le nu masculin, il semble que les hommes ont un rapport différent avec leurs fesses, non?

Sur le corps d'une femme, la graisse s'accumule sur les fesses, pour un homme c'est sur le ventre, c'est biologique. Le rapport des deux sexes aux fesses n'est donc pas le même.

Dans l'antiquité, l'harmonie des fesses était importante, le nombre de statues d'hommes nus en témoigne. Le christianisme a ensuite occulté les fesses. Aujourd'hui, dans la culture japonaise par exemple, la fesse –masculine notamment- est très valorisée, surtout chez les sumos.

En quoi le miroir a révolutionné notre perception des fesses?

Le miroir se généralise au Moyen-âge. "La femme croit se regarder dans un miroir mais c'est le diable qu'elle voit", disait un dicton de l'Eglise qui considère alors le miroir comme un péché d'orgueil. Aujourd'hui, lorsque l'on voit une photographie ou que l'on est dans une boutique à essayer un vêtement, on se dit: 'non, ce n'est pas possible', parce que l'on redécouvre ces formes que l'on voit mal. Pour voir ses fesses, il faut se contorsionner, se tordre…

Les fesses ont-elles encore un rôle subversif?

Comparées à un pénis, les fesses ne sont pas si provocatrices que ça mais elles peuvent encore être très subversives, avoir un rôle politique.

La chanteuse Miley Cyrus a créé la polémique lors des derniers MTV Awards en pratiquant le twerk, une danse qui tourne autour des fesses. Les fesses peuvent donc encore choquer?

Le public n'est pas exagérément choqué quand une chanteuse danse de façon provocante avec ses fesses mais ça surprend, sans que l'on ne sache vraiment pourquoi ça provoque un mal chez nous. C'est parce que cela provoque un choc par rapport à des siècles de notre civilisation où elles n'ont pas été mises en valeur. Même employer le mot fesse, mot chargé d'érotisme, ne met pas à l'aise.

Jean-Claude Kaufmann, La guerre des fesses", éditions JCLattès, 16€.

Marc Pédeau